×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Lundi 29 Août 2016 - Dernière mise à jour : il y a
5 min 56 sec

INSCRIPTION NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter vidéo hebdomadaire de Public Sénat : 
 NOS DOCUMENTAIRES EN ILLIMITÉ  

Les socialistes veulent faire de Hollande un rempart contre la droite

Autour de Manuel Valls et de plusieurs ministres, les soutiens de François Hollande ont défendu son bilan et attaqué durement la droite. Ils font de la gauche et du Président les défenseurs de la République pour mieux préparer la candidature de François Hollande pour 2017.

Touraine accuse la droite de Sarkozy d’être « xénophobe », « extrémiste » et « pas républicaine »

Lundi soir, lors du meeting d’« Hé oh la gauche ! », qui rassemble les partisans de François Hollande, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a accusé la droite de Nicolas Sarkozy d’être « xénophobe », « extrémiste » et « pas républicaine ».

Fondation pour l’islam de France : la nomination de Chevènement continue de diviser

Membres du CFCM, chercheurs et parlementaires se sont succédé place Beauvau ce lundi, pour poser la première pierre de l’élaboration d’un islam de France. Mais de nouveaux propos de Jean-Pierre Chevènement, futur président de la Fondation pour l’islam, continuent de susciter la polémique.

Une semaine très politique

Après un week-end riche, l’agenda politique s’annonce chargé cette semaine : meeting des soutiens de François Hollande, université d’été du Medef où les politiques se succèdent, candidatures à la primaire EELV, université d’été des LR à la Baule. Vous avez dit 2017 ?

Tahar Ben Jelloun parmi les membres de la future Fondation pour l'islam

L'écrivain Tahar Ben Jelloun, l'islamologue Ghaleb Bencheikh, le recteur de la mosquée de Lyon Kamel Kabtane et l'entrepreneure Najoua Arduini-Elatfani seront au conseil d'administration de la Fondation pour l'islam de France, qui sera présidée par Jean-Pierre Chevènement, a indiqué lundi le ministère de l'Intérieur.

En cas de défaite, Nicolas Sarkozy se rangera derrière le vainqueur

Nicolas Sarkozy a assuré lundi sur RTL qu'en cas de défaite à la primaire de droite, il ferait « partie du rassemblement » derrière le candidat vainqueur.

Fillon attaque Sarkozy : "Qui imagine le Général de Gaulle mis en examen ?"

François Fillon a choisi ses terres sarthoises pour faire sa rentrée. Pour l'ancien Premier Ministre une seule cible : Nicolas Sarkozy. Il a réaffirmé sa candidature pour la présidentielle de 2017, mais il a surpris en déclarant qu'il aurait pu être l'homme de la situation dès 2012.

Mélenchon : « Si Hollande ou Valls gagne [la primaire], jamais nous ne ferons campagne pour eux »

Lors de son meeting de rentrée à Toulouse, Jean-Luc Mélenchon a salué la décision du Conseil d’Etat sur le « burkini », dénonçant par l’absurde la « police des mœurs et des vêtements ». Il a ajouté qu’il « irai[t] jusqu’au bout » dans la course à la présidentielle, rejetant à nouveau l’idée de participer à une primaire de la gauche.

Hamon déplore "la défaite morale" de la gauche

A Saint-Denis, Benoit Hamon a réuni pour la première fois ses soutiens depuis sa déclaration de candidature à la primaire citoyenne de la gauche. Une heure et demie de discours au cours duquel celui qui entend incarner "la gauche confiante" a détaillé son projet. Parmi ses propositions la création d'un revenu universel d'existence versé à chaque citoyen français, un triple contrat social pour l'école. L'ancien député européen estime que "si on veut sauver l'Europe, il faut la politiser d'urgence".

Nicolas Sarkozy se veut le candidat de « la majorité silencieuse »

Nicolas Sarkozy était samedi soir au Touquet pour le Campus des Républicains. Il s’est présenté comme le candidat de la « majorité silencieuse » et comme le « porte parole du peuple de France » refusant la tyrannie des minorités.

Alain Juppé à Chatou : « Rassembler plutôt que cliver »

Alain Juppé a fait sa rentrée cet après-midi à Chatou devant 2000 personnes. A ses côtés le président du Sénat Gérard Larcher et le sénateur de la Vienne ancien Premier ministre de Jacques Chirac Jean-Pierre Raffarin. Il a développé son projet pour la France résumé par un slogan « la France puissante ». Déterminé à gagner la primaire, il s’est présenté en apôtre du rassemblement refusant de parler de combat préférant le terme de compétition.

Raffarin : « On fait une campagne pro-Juppé et pas anti-Sarkozy »

Jean-Pierre Raffarin était en première ligne lors de la réunion publique d'Alain Juppé à Chatou. Se défendant de faire une campagne anti-Sarkozy, il lui réserve cependant plusieurs flèches, teintées d'ironie. Jean-Pierre Raffarin en profite également pour défendre le concept "d'identité heureuse" prôné par le maire de Bordeaux.