Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Accueil mouvementé pour François Hollande au salon de l'Agriculture

+A -A
Par Quentin Calmet
Le 27.02.2016 à 17:27

Le chef de l'Etat a inauguré samedi le salon de l'agriculture, porte de Versailles à Paris. Une visite sous les sifflets et les slogans de certains agriculteurs, signe d'un grave malaise de la profession.

07h25, la visite officielle n’a alors commencé que depuis 25 minutes. Première interruption par des éleveurs aux gilets noirs, qui forment une longue file. François Hollande échange avec certains agriculteurs, d’autres sont tenus à l’écart par le service d’ordre. François Hollande et Stéphane Le Foll décident de continuer leur visite sous haute tension.

Le président de la République s’exprime alors et explique : « Le salon de l’agriculture cette année c’est à la fois une démonstration d’excellence et une démonstration aussi de colère par rapport aux crises. Ce sont les deux. »

La colère, François Hollande ne croit pas si bien dire. Quelques minutes plus tard, nouvelle action des agriculteurs. Le stand du Ministère de l’Agriculture est démonté devant de nombreuses caméras. La tension monte sous les sifflets des agriculteurs. Un premier agriculteur, puis un deuxième sont emmenés par les CRS. François Hollande s’isole pour discuter avec les représentants du secteur. Au même moment la tension est toujours palpable aux abords du salon…

Bousculades, invectives. Une jeune agricultrice explique : « Ils sont arrivés sur le stand, ils ont tout poussé. (...) Ca s’est envenimé. Et ils ont tabassé deux de nos confrères. »

Il faudra attendre 11h et la promesse de la libération des agriculteurs pour que le groupe se sépare sous l’oeil attentif de Xavier Beulin, président de la FNSEA. Il s’exprime devant la foule des manifestants : « Il y a beaucoup de colère, beaucoup de désespoir et beaucoup de désespérance et on doit y répondre. »

Un salon de l’Agriculture, inauguré dans la confusion et les bousculades ainsi qu’une grande colère.