Affaire des quotas à la FFF : La Halde ouvrira « une pré-enquête lundi »

+A -A
César Armand
Le 29.04.2011 à 15:58
Affaire des quotas à la FFF : La Halde ouvrira « une pré-enquête lundi »
© AFP

Vendredi matin, le président de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) a rendu son dernier rapport annuel à l’Elysée. Actualité oblige, il est revenu sur les présumés « quotas de non-Blancs » de la FFF, révélés par Mediapart. Lundi, Eric Molinié sera remplacé par un Défenseur des droits.

Avant la présentation de son rapport, le président de Halde a été interrogé sur l’affaire révélée par Mediapart des quotas de non-Blancs dans l’équipe de France de football – démentie entre temps par la fédération - : « il faut caractériser, voir ce qui est. La Halde ne pourra traiter que ce qui est concret » avant d’annoncer  « une pré-enquête dès lundi » pour faire toute la lumière sur ce sujet.

Le président de la Halde, tient, ensuite, à énumérer ses faits d’armes : « on prévient le mal et on guérit quand cela se produit », convoquant les chiffres de 50 % pour les discriminations liées à l’emploi, et de 20 % sur tout ce qui concernent les maladies. « Les discriminations sur les femmes, que ce soit sur l’égalité professionnelle ou la question de la grossesse, sont en hausse », explique-t-il, mais les personnes handicapées, les assurés, et les croyants sont tout autant lésés, assure-t-il. »

Il salue, ensuite, la reconnaissance de l’institution par « les instances internationales (de l’UE, de l’ONU) qui soulignent (sa) contribution », tant « l’impact pédagogique de la Halde » a été fort.  Eric Molinié en profite également pour rappeler qu’ils ont édité un « abécédaire des discriminations », qu’il a remis à Nicolas Sarkozy, à destination des juristes et du grand public.
 

 
« Je rends les clés samedi soir »

Samedi soir, la Halde va être supprimée et fondue dans le poste de Défenseur des Droits dès lundi. Quid de son avenir dans ce cas ? Président de la Halde depuis décembre 2010, le successeur de Jeannette Bougrab répond à côté : « C’est au Défenseur des Droits d’écrire l’histoire. 2 300 dossiers sont en instance que traiteront les 80 agents (…) Les équipes se rencontrent. On s’échange les dossiers. (…) La seule personne qui arrête demain soir, c’est moi. Je rends les clés ».

Dominique Versini, la Défenseure des Enfants a déploré lundi les « reculs » de la protection de l’enfance. Le président de la Halde a tenté de la rassurer : « Le droit des enfants doit continuer d’exister. Il faut qu’aucune mission ne soit diluée. »

A la lecture du rapport, il apparaît aussi que 41 % des demandes ne sont pas suivies d’effet. Comment le justifie-t-il ? « On n’a pas réussi à caractériser la discrimination (…) Par exemple, se faire injurier n’en est pas une », avant de citer « l’exemple concret » d’un amputé qui, après s’être vu refuser un crédit bancaire, a déposé un recours. Acculée, la banque le lui a finalement donné gain de cause.

Enfin que pense-t-il d’Eric Zemmour, qui, au lendemain de sa condamnation en justice, avait appelé à la suppression de la Halde lors d’un débat à l’UMP ? «  Il faut se fier à des paroles officielles plutôt qu’à quelqu’un qui n’a pas d’autorité compétente » …