×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Aide exceptionnelle de 170 millions aux départements en difficultés financières

+A -A
AFP
Le 22.10.2012 à 14:49

Jean-Marc Ayrault a annoncé lundi le déblocage d'une aide exceptionnelle de 170 millions d'euros destinée à la trentaine de départements confrontés aux difficultés financières les plus lourdes, en raison de la charge des aides sociales qu'ils doivent verser.

« L'Etat mettra en place dès début 2013 un fonds spécifique de 170 millions d'euros pour mieux soutenir le financement des missions de solidarité » des conseils généraux, selon une déclaration conjointe du Premier ministre et du président de l'Assemblée des départements de France (ADF) Claudy Lebreton, publiée à l'issue de deux heures de réunion à l'Elysée autour de François Hollande.

« Ce fonds sera mobilisé en faveur des départements les plus exposés à des tensions financières », ajoute le texte.

D'autre part, l'Etat « s'engage à créer les conditions de mise en place, à compter de 2014, de ressources pérennes et suffisantes » pour financer les allocations de solidarité (RSA, autonomie des personnes âgées, handicap) versées par tous les départements.

Par ailleurs les départements « s'engagent à favoriser le recrutement de 7.000 emplois d'avenir dès 2013 au sein de leurs services » dans divers secteurs notamment « l'économie sociale et solidaire » et « les espaces naturels ».

Et ils « s'engagent à augmenter de 20% le nombre de jeunes accueillis dans leurs services en contrats d'apprentissage et en contrats aidés », est-il encore souligné.

Il y a un mois, lors d'un congrès de l'ADF à Metz, Claudy Lebreton (PS) avait demandé que soit reconduit de « façon exceptionnelle » le fonds d'urgence créé sous le gouvernement Fillon pour permettre à certains départements de continuer à verser les aides sociales. Il avait réclamé une enveloppe de 400 millions d'euros.

Le gouvernement avait déjà évalué à une trentaine environ le nombre de départements confrontés aux difficultés financières les plus lourdes.