×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Amiante : Aubry « apportera tout son concours à l'enquête »

+A -A
Le 08.10.2012 à 15:11
Amiante : Aubry « apportera tout son concours à l'enquête »
© AFP

Martine Aubry a assuré qu'elle apporterait « tout son concours à l'enquête judiciaire » portant sur les dégâts provoqués par l'amiante, dans laquelle elle doit être prochainement convoquée en vue d'une possible mise en examen, a affirmé son entourage à l'AFP lundi.

Martine Aubry « apportera évidemment tout son concours à l'enquête judiciaire, comme elle l'a fait lors de ses auditions par les missions d'information du Sénat et de l'Assemblée nationale », déclare son entourage.

L'ex-première secrétaire du PS est convoquée pour une possible mise en examen par la juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, qui s'intéresse à l'action des pouvoirs publics face à l'amiante dans les années 1970-80, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête.

L'ex-première secrétaire du PS est entendue « au titre des fonctions de directeur des relations du travail » entre 1984 et 1987 au ministère du Travail.

« Elle expliquera comment l'administration des relations du travail qu'elle dirigeait alors, n'a eu de cesse de renforcer la protection des travailleurs de l'amiante », ajoute son entourage, qui précise que Mme Bertella-Geffroy « souhaite entendre Martine Aubry comme elle l'a déjà fait pour de nombreux fonctionnaires et haut-fonctionnaires des ministères de la Santé et de l'Industrie, ayant exercé leurs fonctions dans les années 1970 à 90 ».

Martine Aubry « souhaite que la justice comprenne ce qui s'est passé pour les victimes et leurs familles, et pour éviter qu'une telle tragédie ne se reproduise à l'avenir », a ajouté son entourage.

Le caractère cancérogène de l'amiante est connu depuis les années 1950, mais le premier décret réglementant son usage ne date que de 1977 et son interdiction de 1997. En 2005, un rapport sénatorial avait accablé l'Etat pour sa « gestion défaillante » de l'amiante.