Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Association des Paralysés de France : « Les propos de François Fillon sont déconcertants »

+A -A
Julie Torterolo
Le 11.03.2016 à 18:08

Alors que François Fillon s’est attaqué lundi aux normes relatives aux personnes en situation de handicap applicables au logement, l’Association des Paralysés de France lui oppose une méconnaissance sur le sujet.

« Les propos de Monsieur Fillon sont déconcertants ». Pour l’Association des Paralysés de France (APF), ce sont les déclarations de trop. Après la proposition de Nicolas Sarkozy d’imposer des « quotas » d’habitations accessibles aux personnes en situation de handicap, voilà en effet que François Fillon qualifie lundi « d’absurde »  que tous les logements du pays soient accessibles. Pour Nicolas Mérille, conseiller national en accessibilité de l’APF, il s’agit en réalité d’une méconnaissance de la part des politiques.

« Il y a un problème de savoir-faire et de compétence chez les architectes et entreprises du bâtiment », explique-t-il à Publicsénat.fr. Selon Nicolas Mérille, c’est ce manque de formation de la part des professionnels de la construction « non spécialisés en accessibilité » qui est le vrai problème à aborder. Et c’est lui qui engendrerait les surcoûts dénoncés par François Fillon. L’APF ne nie d’ailleurs pas l’existence d’une hausse des coûts de construction liée aux normes d’accessibilité - prévues pour tous les logements neufs par la loi du 11 février 2005.

Selon un rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS), ce surcoût représenterait en réalité 3 à 4% supplémentaires, indique Nicolas Mérille. La faute, pour lui, aux architectes qui ne proposent pas les solutions techniques les moins onéreuses par « manque de connaissance ou de maîtrise en la matière ». Et c’est sur ce sujet que les politiques devraient axer leurs propos. « Il est également inacceptable de proposer que tous les bâtiments neufs ne soient pas accessibles, c’est une source de discrimination », martèle alors ce membre de l’APF.

Pour Nicolas Mérille, les propos de François Fillon sont d’autant plus « déconcertants » que la question de l’accessibilité concerne plusieurs secteurs différents : les personnes en situation de handicap certes, mais également les familles notamment pour les poussettes, les cyclistes ou encore les personnes âgées. La prise en compte de cette dernière catégorie est d’ailleurs essentielle dans « une société française vieillissante » et concerne l’ensemble des foyers français, s’empresse de préciser le conseiller national.

« Il est plus rationnel économiquement parlant de rendre accessible les bâtiments neufs. Les primo-accédants, sur leurs vieux jours, vont en effet solliciter la solidarité nationale pour faire adapter leur logement, alors qu’ils pourraient l’être tout de suite », précise Nicolas Mérille. « On n’a pas le droit, dans la 6ème puissance mondiale et dans le pays des droits de l’Homme, de mettre de côté le principe de l’accessibilité universelle », conclut-il.