Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Attentats Bruxelles : Valérie Pécresse veut munir les transports franciliens d’équipement de sécurité

+A -A
Julie Torterolo
Le 22.03.2016 à 21:32

Invitée de Preuves par 3 sur Public Sénat, Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, a annoncé avoir demandé à Bernard Cazeneuve d’ «  accélérer » la mise en place d’équipement de sécurité dans les transports franciliens.

« Les transports en Île-de-France, nous avions déjà une vigilance extrême mais il ne faut pas relâcher nos efforts. » Suite aux attentats survenus aujourd’hui à Bruxelles, la présidente de la région Île-de-France a contacté ce mardi matin, le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, avec pour toile de fond : la sécurité dans les transports d’Île-de-France. « J’ai proposé à Bernard Cazeneuve ce matin d’accélérer la mise en place d’un certains nombre de mesures que nous avons voté dans le cadre du bouclier de sécurité francilien », a annoncé alors Valérie Pécresse qui souligne l’existence « de vases communicants importants » entre la Belgique et sa région.

Tout en partageant sa «  grande tristesse » vis-à-vis des victimes des attaques terroristes survenues en Belgique, Valérie Pécresse explique vouloir réagir en munissant les transports en commun franciliens « d’équipement de sécurité de nouvelles technologies pour détecter les comportements suspects ». Une « modernisation du matériel roulant » avec notamment la mise en place de « vidéo-protection » dans toutes les rames sont au programme.

Valérie Pécresse : « Les portiques sont impraticables en Île-de-France »

Cependant, la présidente LR de la région concernée indique préférer «  des outils de détection un peu innovants et un peu moins voyants »  à des portiques de sécurité. « Les portiques sont impraticables en Île-de-France […] Nous avons 4 millions de personnes qui prennent les transports en commun tous les jours. C’est-à-dire qu’en Île-de-France, il y en a plus que sur tous les TER et les TGV de France entière. Donc vous ne pouvez pas mettre un portique aujourd’hui à la gare du Châtelet sinon vous avez une émeute et vous ne pouvez pas rentrer », explique-t-elle.

D’autres mesures sont ensuite pointées du doigt par Valérie Pécresse : « La présence humaine et la vidéo protection avec des personnes qui, derrière la vidéo et en direct, surveillent ce qui se passe » ou encore « des détecteurs d’armes » permettant de signaler leur présence lorsque l’usager passe devant. «  L’idée est d’avoir du matériel qui, à certains points stratégiques, et sans que évidemment les terroristes ne le sachent, pourraient détecter des choses et nous permettent d’avoir du renseignement », résume la présidente de la région Île-de-France

Le déploiement de gendarmes et policiers supplémentaires concerne la grande couronne « et non que le cœur de Paris », indique Valérie Pécresse.

Valérie Pécresse se félicite également des mesures annoncées ce matin par Bernard Cazeneuve : le déploiement de 400 policiers et gendarmes supplémentaires en Île-de-France ainsi que la mise en place de mesures de contrôle d’identité et de palpations dans les transports. Mais l’ancienne députée tient à le préciser : Bernard Cazeneuve lui a garanti que les renforts concernent également les gares de la grande couronne, et non uniquement le centre de la capitale. « Je ne voulais pas qu’on ait le sentiment qu’il puisse y avoir une sécurité à deux vitesses : d’abord une sécurité dans le métro, dans le cœur de Paris, et qu’en réalité tout le reste du réseau soit oublié », explique-t-elle.

Et Valérie Pécresse insiste : «  Les contrôles d’identité dans les transports en commun », qu’elle demande depuis «  depuis un moment » sont primordiaux. «  Aujourd’hui, il faut, pour prendre les transports en commun, pouvoir justifier de son identité. C’est la loi Savary qui devrait être promulguée dans les jours qui viennent et nous attendons que le président de la République la promulgue très vite », conclut-elle.