×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Aung San Suu Kyi clôt sa tournée européenne au Sénat

+A -A
Charlie Dupiot
Le 28.06.2012 à 19:10

Publicsenat.fr VOD

© Public Sénat

C’est au Sénat qu’elle a choisi de clore sa tournée à travers l’Europe : Augn San Su Kyi a été accueillie par le président de la Chambre Haute aujourd’hui, après un déjeuner au Palais Bourbon. Interrogée par Public Sénat, la célèbre opposante birmane a tenu à remercier tous ceux qui ont soutenu son combat à travers le monde : « Mon sentiment, c’est qu’il y a beaucoup plus de liens entre nous et le reste du monde que je ne l’imaginais, pas seulement en France mais dans tous les pays que j’ai visités. J’ai rencontré des gens du monde entier pendant ce séjour et j’ai été impressionnée par leur intérêt pour mon pays ».

Sa visite de trois jours en France marque la fin d’une tournée européenne entamée le 13 juin en Suisse, avant une étape à Oslo où elle a pu, enfin, recevoir le Prix Nobel de la Paix qui lui avait été décerné il y a 21 ans. Tout en remerciant l’ensemble des pays européens de leur soutien, celle qui a été privée de liberté dans son pays pendant 15 ans rappelle qu’ils doivent rester vigilants : « La période pourrait prêter à confusion ; les gens pourraient croire que tout est réglé, donc nous devons être très clairs sur les étapes qui peuvent nous mener sur le chemin de la démocratie et celles qui risquent de nous en dévier. »

La célèbre opposante birmane est arrivée mardi en France pour la dernière étape de sa tournée européenne. Après avoir rencontré mercredi le chef de l’Etat François Hollande, la lauréate du Prix Nobel s’est entretenue aujourd’hui avec l’ancien Président Nicolas Sarkozy et sa compagne à l’occasion d’un petit-déjeuner dans un grand hôtel parisien. Interrogée à ce sujet, elle affirme avoir été « très heureuse de le voir » : «  Il a beaucoup supporté notre cause quand il était président et je l’ai beaucoup apprécié comme j’ai apprécié tout ce que les gens ont fait pour nous à travers le monde. »

L’icône birmane doit quitter Paris vendredi. « Pour nous vous êtes la dame des droits de l'homme », lui a déclaré hier le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius, à l’occasion de sa visite au Quai d’Orsay. Restera de son passage en France un « arbre de la liberté », planté en son honneur dans les jardins de ce ministère. La sage, âgée de 67 ans, y avait jeté quelques poignées de terre au pied d’un « arbre de la liberté ». Aung San Suu Kyi s’apprête à regagner la Birmanie, là où désormais elle mènera son combat, députée et libre.