×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Ayrault défend « un budget de combat »

+A -A
F.V.
Le 28.09.2012 à 12:46
Ayrault défend « un budget de combat »
© AFP

Il fallait marquer le coup. A budget historique, communication exceptionnelle. A la sortie du conseil des ministres, Jean-Marc Ayrault est venu en personne sur le perron de l’Elysée défendre le « budget de combat » que prépare son gouvernement pour 2013. Le vocabulaire est choisi. Car il s’agit surtout d’un budget de rigueur, en raison de l’importance de l’effort.

Le premier ministre préfère parler de « budget courageux, responsable » afin de « lutter contre la dette qui ne cesse d’augmenter ». Le premier ministre a confirmé l’hypothèse de croissance de 0,8%, « réaliste et volontariste » sur laquelle le budget est fondé. Les économistes prévoient pourtant une croissance plus faible pour l’année prochaine.

Rappelant qu’en 5 ans la dette est passée de 64% à plus de 90% du PIB, Jean-Marc Ayrault souligne que si « on n’y met pas un coup d’arrêt, c’est l’argent des contribuables qui paiera la dette ».

Un tiers sur l’Etat, un tiers sur les ménages, un tiers sur les entreprises

Assumant des « choix », le premier ministre affirme que le budget « respecte » les priorités du gouvernement – « jeunesse, éducation, emploi, logement » – tout en prévoyant 10 milliards d’économies sur les dépenses publiques. « A revenu égal, 90% des foyers ne seront pas imposés davantage », a répété Jean-Marc Ayrault. « C’est vrai que nous demandons des efforts aux plus riches » et aux « grandes entreprises » tout en « préservant les PME », a-t-il assuré. Et de souligner que les « collectivités locales »doivent être aussi mobilisées. Pour Jean-Marc Ayrault, il s’agit au final d’un « budget de conquête, de reconstruction, un budget de combat, de mobilisation pour la France ».

Devant la commission des finances de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Economie Pierre Moscovici  a détaillé le projet de loi de finances 2013. Rappelant qu’il « manque 30 milliards d’euros » à trouver pour respecter l’objectif de 3% de déficit en 2013, il précise qu’« un tiers de l’effort » sera porté sur les dépenses publiques, avec des « efforts de tous les ministères », un tiers portera sur les ménages « aux revenus les plus importants » et un tiers sur les entreprises.