×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Bel prône «une véritable décentralisation avec une clarification des compétences »

+A -A
Public Sénat
Le 25.06.2012 à 18:46

Publicsenat.fr VOD

Invité sur le plateau du 22h, Jean-Pierre Bel, président du Sénat, est notamment revenu sur l’entrée de trois sénateurs au gouvernement et a annoncé la tenue d’Etats généraux sur la démocratie territoriale.

Invité sur le plateau du 22h, Jean-Pierre Bel, président du Sénat, est notamment revenu sur l’entrée de trois sénateurs au gouvernement et a annoncé la tenue d’Etats généraux sur la démocratie territoriale.

Interrogé sur l’entrée au gouvernement de trois sénateurs, Jean-Pierre Bel a précisé sa position : « il n’y avait pas d’injustice. On ne mesure pas la Justice dans ce pays en regardant le nombre de sénateurs au gouvernement. Maintenant, nous demandons à être respectés et il est bien qu’il y ait un peu plus de sénateurs et de sénatrices [au gouvernement] »

Le président socialiste du Sénat a commenté l’éviction de Nicole Bricq du ministère de l’écologie. L’ancienne sénatrice aurait été remerciée du gouvernement pour avoir suspendu le projet d’exploitation pétrolière au large de la Guyane. Jean-Pierre Bel a reconnu un certain malaise : « je pense qu’il y avait un vrai problème. Je suis allé en Guyane.  L’exploitation pétrolière qui est prévue au large de la Guyane peut constituer pour ce département, qui rencontre beaucoup de difficultés, une opportunité. »

Il modère néanmoins la position prêtée à l’ex-ministre : « suspendre ne veut pas dire interdire, elle avait peut être besoin de réfléchir et de regarder le problème de plus près. Moi je sais que pour nos amis d’Outre-mer cela constitue une vraie opportunité. »

Au sujet de la réforme des collectivités territoriales, Jean-Pierre Bel a évoqué la tenue prochaine d’Etats-généraux. « Il faut aller vers une véritable décentralisation avec une clarification des compétences. Nous allons très rapidement mettre en place dans les départements et ensuite sur Paris les Etats généraux de la démocratie territoriale. Ils auront lieu en octobre à la Sorbonne. »

Enfin, ce proche de François Hollande a commenté l’attitude du président de la République : « A titre personnel, je trouve que  le président de la République ressemble beaucoup au candidat et à l’ami que j’ai connu. Il est très concentré sur sa tâche. Il a une obsession de la réussite et (…) est préoccupé de ne pas tomber dans un style de présidence qui créerait un fossé.   

Pour retrouver l’intégralité de l’entretien, rendez-vous à 22h, sur Public Sénat.