Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Boutros Boutros Ghali : « Une grande personnalité de la paix » et « un ami de la France » salue Jean-Marc Ayrault

+A -A
Le 16.02.2016 à 18:18

Interrogé en marge des questions d’actualité au gouvernement au Sénat sur le décès de l’ancien secrétaire général de l’ONU, Boutros Boutros Ghali, le ministre des Affaires étrangères a salué l’homme de « paix » « qui a marqué l’Histoire de l’humanité »

« C’était une grande personnalité de la paix à l’échelle mondiale et ça a été son combat toute sa vie, son combat pour la justice aussi pour les pays les plus pauvres, les pays en développement et puis il faut se rappeler que Boutros Boutros Ghali était ministre des affaires étrangères de l’Egypte avec Moshe Dayan pour Israël et qu’il a été l’un des artisans de l’accord de paix de 1979 entre Begin et Sadate qui a été une étape historique dans ce qui reste pour nous une exigence c’est-à-dire la paix au Proche Orient et donc Boutros Boutros Ghali a été cet homme là, qui a su incarner de la plus belle façon les Nations Unies. Puis ensuite c’était un ami de la France, de la francophonie, de la langue française, il est devenu secrétaire général de la francophonie et je crois que c’est quelqu’un qui aura marqué notre histoire commune et l’histoire de l’humanité. » a réagi Jean-Marc Ayrault au micro de Public Sénat.

 

Boutros Boutros-Ghali est mort à l'âge de 93 ans. Le diplomate égyptien avait été le premier Africain à accéder au poste de secrétaire général, une fonction qu'il avait occupée entre 1992 et 1996. Né le 14 novembre 1922 au Caire, Boutros Boutros-Ghali était issu d'une grande famille de la minorité chrétienne copte d'Egypte. Son grand-père, assassiné en 1910, avait été Premier ministre. Après avoir fait la majeure partie de ses études à Paris, il était devenu professeur de droit à l'université du Caire et avait publié de nombreux ouvrages traitant des relations internationales. Boutros Boutros-Ghali avait ensuite été nommé ministre d'Etat aux Affaires étrangères en octobre 1977. Durant ses 14 ans en poste, il a notamment joué un rôle clef dans la conclusion des accords de paix égypto-israéliens de Camp David (1978), puis du traité de paix (1979).

Spécialiste des rapports Nord-Sud, il avait été le principal artisan de la politique africaine de l'Egypte.

Elu à l'ONU dans l'euphorie de la fin de la Guerre froide et de l'après guerre du Golfe, il a dû faire face à de sérieuses crises, avec des conflits en ex-Yougoslavie, en Somalie, au Moyen-Orient et le génocide au Rwanda.

Après la mort en Somalie de 18 soldats américains fin 1993 et les reculades des Nations unies dans les dossiers de l'ex-Yougoslavie et du Rwanda, il avait été pris comme bouc émissaire, en particulier par les Etats-Unis qui avaient mis un veto à sa réélection.

Après son passage aux Nations unies, ce brillant intellectuel, francophone et francophile, avait été le premier secrétaire général de la Francophonie, de 1997 à 2002.