Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Bruno Gaccio : « Je ne voterai plus jamais François Hollande »

+A -A
Public Sénat
Le 10.03.2016 à 13:10

Invité de l’émission On va plus loin sur Public Sénat, Bruno Gaccio s’est vivement opposé à la politique du gouvernement. L’auteur historique des Guignols en a profité pour proposer des alternatives économiques novatrices telles que le revenu universel.  

« On ne peut pas continuer avec un système qui ne fonctionne pas ». Bruno Gaccio, cofondateur du parti  Nouvelle Donne et du collectif Roosevelt, partage son mécontentement sans équivoque. Pour lui, la politique économique actuelle manque de nouvelles idées, et s’entête de mandat en mandat à vouloir libéraliser le marché. « Au risque de choquer mes camarades, le système qui est proposé par ce gouvernement, et le précédent et ceux qui lui ont précédés, est un peu près le même c’est-à-dire la libéralisation du marché du travail », commente l’auteur de « Mais non Mme Martin, c’est pas compliqué l’économie ! ».

Bruno Gaccio dénonce la « précarité généralisée » donnée par le gouvernement comme vision à long terme à la société. Selon lui, le problème découle d’un manque de propositions innovantes de la part l’exécutif. Dans son viseur, on retrouve notamment Emmanuel Macron, actuel ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. «  Mais ce qui me tue, c’est lorsque j’entends dire que Macron est un jeune loup qui monte. Non ! Il va chercher des  vieux trucs du CNPF des années 80 le gars », s’indigne-t-il.

Le revenu d’existence inconditionnel serait alors une des solutions possibles pour relancer l’économie et le marché de l’emploi. Appelée également revenu de base ou encore revenu universel, cette mesure consiste à verser aux citoyens une somme fixe mensuelle suffisante pour subvenir aux besoins primaires. « Un revenu d’existence inconditionnel veut dire que tout le monde y a droit, y compris Mme Bettencourt. Elle n’en aura peut-être pas besoin mais elle l’aura », détaille-t-il. Une politique économique qui, selon lui, relancerait des débats «  incroyables » dans la société.

« On le donne aux Français. Alors qui est Français ? A qui peut-on le donner ? On a le droit de le dépenser dans un périmètre, donc cela veut dire qu’il y a des frontières. Mais on n’est pas obligé de fermer les portes et de remettre des douaniers. On dit simplement que ce que l’on peut dépenser à Lille, on ne peut pas le dépenser à Bruxelles. Ça me redéfinit, à moi électeur, mon champ démocratique », explique-t-il. Un revenu pour lequel il serait possible de créer une nouvelle monnaie, à côté de l’euro et «  à parité avec » celle-ci, précise-t-il.


Bruno Gaccio regrette de ne pas retrouver ce genre de mesure innovante dans le mandat Hollande pour lequel il avait pourtant voté «  deux fois en 2012 ». Et il le garantit, il ne le refera plus et lui préférera même le vote blanc. « Je ne voterai plus pour François Hollande, plus jamais », fustige-t-il.