×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Bruno Le Maire : le gouvernement «doit interrompre la fermeture du site d’Aulnay»

+A -A
Public Sénat
Le 13.07.2012 à 09:52

Publicsenat.fr VOD

© Public Sénat

Aux micros de Radio Classique et Public Sénat, Bruno Le Maire revient longuement sur le plan de restructurations de PSA. Selon lui le gouvernement doit « interrompre la fermeture du site » d’Aulnay. L’ancien ministre UMP aborde aussi sur la future présidence de son parti.

Suite à l’annonce de la fermeture du site PSA d’Aulnay, plusieurs ministres ont reproché à l’ancien gouvernement d’avoir volontairement retardé le plan social, pour cause de campagne. Pour Bruno Le Maire, ancien ministre de l’Agriculture, le problème n’est pas à trouver les causes, mais plutôt les solutions. « On ne va pas commencer à s’écharper, droite - gauche, pour savoir si les plans ont été dissimulés ou non. (…) Je crois que ce qu’on attend du gouvernement aujourd’hui, c’est autre chose que des polémiques sur la date d’annonce du plan, on attend des réponses ».

Le député de l’Eure met en garde le gouvernement contre la passivité. « Quelle est la stratégie pour Peugeot, quelle est la stratégie pour l’industrie automobile, quelle est la stratégie pour l’industrie tout court en France ? Or sur tous ces points là, le gouvernement navigue à vue et j’ai bien peur (…) que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault reste comme le gouvernement des plans sociaux ».

Plus précisément Bruno Le Maire explique que le gouvernement doit « interrompre la fermeture du site » d’Aulnay. Il justifie cette position en rappelant que « beaucoup d’argent public a été donné à Peugeot pendant la crise financière de 2008, (…) on est en droit d’attendre des explications. (…) Tant que nous ne voyons pas clair sur ce que sera la stratégie de Peugeot, je souhaite que l’on interrompe la fermeture du site ».

L’ancien ministre UMP juge l’action du gouvernement dangereuse. Selon lui, « la voie qu’a choisie Jean-Marc Ayrault en matière industrielle est une voie du XXème siècle qui mettra l’industrie automobile dans le mur ». Il fait référence à la volonté du gouvernement d’augmenter la CSG et d’annuler la TVA sociale : « nous avons besoin de mesures rapides sur le rétablissement de la compétitivité industrielle française par un transfert massif du financement de la protection sociale du travail vers une autre base qui pourrait être la TVA. Au moment où l’industrie française est menacée, on n’alourdit pas les charges qui pèsent sur les salaires. La décision que vient de prendre Jean-Marc Ayrault est la décision inverse. Je souhaite que les écailles lui tombent des yeux ».

Revenant ensuite sur la guerre des chefs à l’UMP, Bruno Le Maire ne cache pas ambitionner la présidence du parti. « Je n’ai jamais caché que si un certain nombre de mes idées n’étaient pas reprises, je les porterais moi-même et je serais candidat ».

Le député de l’Eure explique sa conception de la vie politique. « Je pense qu’on peut faire les choses de manière loyale. Il faut écouter les militants sur le terrain. La politique ce n’est pas des coups tordus, des surprises, c’est aller expliquer sa démarche. Il faut que la liberté redevienne la valeur cardinale de notre famille politique ».