Cambadélis : «Ce n’est pas au ministre de l'Education d'ouvrir le débat » sur la dépénalisation

+A -A
Par Public Sénat
Le 15.10.2012 à 11:28

Publicsenat.fr VOD

Jean-Christophe Cambadélis, vice-président du Parti socialiste européen, a estimé lundi que s'il devait y avoir un débat sur la dépénalisation de la drogue, ce n'était pas au ministre de l'Education nationale de l'ouvrir.

"Je pense pas que c'était le rôle du ministre de l'Education nationale d'ouvrir ce débat", a affirmé sur Radio Classique et Public Sénat le député de Paris, interrogé sur les propos de Vincent Peillon dimanche.

Le ministre de l'Education s'est prononcé en faveur d'un débat sur la dépénalisation de ce stupéfiant, en affirmant qu'il s'agissait d'un "sujet majeur" alors que le président François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault se sont prononcés contre. Matignon a réaffirmé lundi qu'il n'y aurait "pas de dépénalisation du cannabis".

"C'est un problème de santé publique sûrement, c'est un problème qui se pose dans l'ensemble de nos écoles, et je crois qu'à partir du moment où on n'est pas dans la permissivité - il me semblait que c'était l'orientation développée par le ministre de l'Education nationale - il me semblait qu'il était nécessaire de fixer un certain nombre de règles", a poursuivi M. Cambadélis. "Donc s'il y a débat - et il doit y avoir débat - ce n'est pas au ministre de l'Education nationale d'ouvrir ce débat", a-t-il conclu.