Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Cannabis : la boulette du fils de Valérie Pécresse

+A -A
Simon Barbarit
Le 23.09.2016 à 10:10
Cannabis : la boulette du fils de Valérie Pécresse
© AFP

Comme l’a révélé Buzzfeed, Clément Pécresse, le fils de la présidente LR de la région Ile de France,  a été interpellé, jeudi, pour possession et usage de cannabis. Le fils de l’élu, tout juste majeur, avait en sa possession 3 grammes de haschisch.

Une bien mauvaise publicité pour celle qui avait fait de la lutte contre le cannabis, un élément central, de sa campagne des régionales. «La consommation de drogue a pour conséquence la démotivation, le décrochage et l’échec scolaire. Lutter contre l’usage de la drogue chez les mineurs c’est ma responsabilité de candidate», expliquait-t-elle au Parisien le 4 novembre 2015. L’ex-ministre proposait des tests salivaires de dépistage de cannabis dans les lycées franciliens. « Si un lycéen refuse, il sera considéré comme positif » (…) « Les directeurs d'établissements n'auront pas accès aux noms des fumeurs, mais à de simples données statistiques. En revanche, les parents, eux, seront prévenus » ajoutait-elle. Hélas… la mesure outrepasse les compétences d’une collectivité territoriale en matière d’action sanitaire et sociale et a donc logiquement été retoquée par la préfecture en août dernier.

L’ironie de cette affaire n’a pas manqué de faire rire sur les réseaux sociaux. A l’image de la sénatrice EELV, Esther Benbassa fervente défenseure de la légalisation du cannabis ou de Ian Brossat, adjoint (PCF) à la mairie de Paris.

Contacté par Buzzfeed, l’entourage de Valérie Pécresse « demande le respect de la vie privée pour son fils majeur et pour sa famille. La loi s’applique à lui comme elle s’applique à tous ». Et justement, depuis octobre 2015, les malchanceux comme Clément Pécresse, peuvent bénéficier de la transaction pénale mise en place par la réforme Taubira. Si le procureur donne son autorisation, il pourra donc échapper au tribunal et ne payer qu’une simple amende.