×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Censure de la loi sur le logement: Alain Vidalies «assume» une «erreur»

+A -A
Par Public Sénat
Le 25.10.2012 à 16:54
Interrogé sur la censure par le Conseil constitutionnel de loi sur le logement, le ministre délégué aux relations avec le Parlement, Alain Vidalies, reconnait et « assume » une « erreur ».

Interrogé sur la nature de la faute commise par le gouvernement, Alain Vidalies a indiqué qu’il « [n’allait] pas dire que c’est une étape normale d’aboutir à une censure par le conseil constitutionnel, c’est une erreur et je l’assume ». Au nom du gouvernement, le ministre a affirmé, qu’il « prenait acte » de la décision du Conseil constitutionnel, « c’est juste un détail de procédure mais qui a des conséquences importantes ». En tant que ministre délégué aux relations avec le Parlement, il s’est s’engagé à  « veiller à ce que les assemblées et notamment le Sénat puisse travailler [sereinement] ».

Il a par ailleurs défendu le gouvernement de tout amateurisme, notamment en exhumant un article du journal Le Monde, daté de 2007, qui qualifiait lui-même, la précédente majorité « d’amateurs » : « [l’article en question] cite toute une série d’exemples de difficultés entre le Parlement et le gouvernement (…) quand y a un Parlement, quand y a deux chambres, chacun doit pouvoir s’exprimer et je crois que c’est normal qu’il y ait à un moment des positions différentes ».