Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Chocolat, itinéraire d'un artiste sans nom

+A -A
Sonia Donadey
Le 28.01.2016 à 11:44

A l'occasion de la sortie le 3 février prochain du film « Chocolat », avec Omar Sy dans le rôle principal, Jean-Pierre Elkabbach reçoit dans Bibliothèque Médicis Gérard Noiriel, historien et auteur de « Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom ». Une exposition est également consacrée à l’histoire du premier clown noir français du XIXe siècle du 3 au 28 février à la Maison des Métallos. L’occasion pour Jean-Pierre Elkabbach de revenir avec son invité, sur la vie d’un artiste, trop souvent resté dans l’oubli.

« Tu as été l’acteur de ta vie, et pour cela tu es devenu mon héros préféré », dit Gérard Noiriel à Chocolat. Esclave cubain, vendu à l’âge de 10 ans à un marchand espagnol, il arrivé en 1888 dans une France blanche, tout en bas de l’échelle sociale. Chocolat utilise son humour pour faire rire les Blancs, et devient rapidement le premier artiste noir. Il formera pendant des années un duo resté célèbre avec son ami, George Foottit.

Le clown n’aura jamais obtenu de papiers officiels à son nom, Chocolat  le surnom qu’on lui a donné, le suivra toute sa vie. Ce n’est qu’après sa mort que le patronyme de « Raphael Padilla » lui sera attribué. A l’heure du débat sur la déchéance de nationalité, l’histoire de ce petit esclave cubain nous interroge sur l’histoire de la République.

« Je me suis identifié à ce personnage », confie Gérard Noiriel. Originaire lui aussi d’un milieu populaire, l’historien a gravi les échelons un à un, fait ses études à l’Ecole Normale Supérieure, et se demande sans cesse s’il n’est pas un imposteur.

Le film de Roschdy Zem vient donc poursuivre le travail commencé par l’historien Gérard Noiriel, et souhaite réhabiliter le talent de la vedette. Une plaque en mémoire de l’artiste a d’ailleurs été inaugurée le 20 janvier dernier par la maire Anne Hidalgo, devant l’ancien cirque des Champs-Elysées.