Christine Boutin candidate à l’élection présidentielle

+A -A
F.V.
Le 22.06.2011 à 11:42
Christine Boutin candidate à l’élection présidentielle
© AFP

Elle remet ça. La présidente du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, annonce sa candidature à l’élection présidentielle. « La situation de la France m'oblige », a lancé depuis Montfermeil (Seine-Saint-Denis) l’ancienne ministre du Logement et de la Ville du gouvernement Fillon. « Je vous le dis donc, je suis candidate à l'élection présidentielle ». En 2002, elle était déjà candidate du Forum des républicains sociaux.

« J'invite les Français à résister à leurs peurs, j'invite les Français à construire sans crainte leur avenir », a scandé la candidate. Elle se fait « un devoir de défendre la dignité de l'Homme dans toutes ses dimensions et de promouvoir un modèle de société où l'Homme sera élevé au dessus des autres forces qui, aujourd'hui, l'assujettissent ou projettent de le faire ». Elle ajoute : « Ma candidature se fait un devoir de défendre prioritairement les plus faibles, c'est-à-dire les valeurs de la vie, de son commencement à son terme naturel, de défendre les valeurs de la famille, cellule de base de notre société ».

Christine Boutin place sa candidature dans la filiation de « la famille politique des chrétiens démocrates », qui « a eu l’audace de poser les gestes de réconciliation de la construction européenne ». « Si nous sommes en paix depuis 65 ans nous le devons à des hommes comme Robert Schumann », a-t-elle souligné.

Si elle reconnait que le gouvernement « a essayé de faire passer le cap de la mondialisation à notre pays », Christine Gaudin regrette que « trop souvent les effets d’annonce ne sont que des annonces sans effets ».

Affirmant que « le clivage droite gauche est désormais totalement dépassé », elle vante une « écologie humaine ». Pour elle, « les lignes de fracture sont ailleurs : sur la dignité de la personne, sur la suprématie de l’homme par rapport au commerce, à l’économie, à la finance ». « Il est temps, grand temps de nous réveiller », demande Christine Boutin. En 2002, sa candidature n’avait pas connu un franc succès. Elle n’avait recueilli que  1,19% des suffrages.