Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Conflit d’intérêt : Michel Aubier « est malhonnête et mérite d’être dénoncé », selon Leila Aïchi

+A -A
Julie Torterolo
Le 21.03.2016 à 19:07

Invité à réagir sur l’affaire de conflit d’intérêt de Michel Aubier au côté de Martin Hirsch, DG des hôpitaux de paris, dans Sénat 360, la sénatrice Leila Aïchi qualifie le pneumologue de « malhonnête ».

Pour Leila Aïchi, sénatrice écolo et rapporteure de la commission d’enquête sur le coût économique et financier de la pollution de l’air, l’attitude de Michel Aubier n’est pas excusable. « C’est quelqu’un de malhonnête qui mérite d’être dénoncé », fustige-t-elle. Auditionné le 16 avril 2015 par la dite commission en tant que représentant de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), Michel Aubier était venu minimiser l’effet de la pollution, et notamment du diesel, sur la santé publique. C’était sans compter les révélations de Libération et du Canard Enchainé la semaine dernière sur l’activité rémunérée de médecin conseil de l’intéressé chez Total.

Les sénateurs ont auditionné jeudi dernier le médecin qui avait prêté serment et affirmé « n’avoir aucun lien d’intérêt avec les acteurs économiques ». «  C’est le bureau du Sénat qui tranchera ou pas de transmettre cette affaire au procureur de la République », précise alors Leila Aïchi. Mais pour la sénatrice, il n’y a que très peu de doute : « En tout état de cause Monsieur Aubier avait prêté serment devant la commission d’enquête et on lui avait fait un rappel des articles 434-13, 14 et 15 du code Pénal relatifs au faux témoignage. Donc très clairement Monsieur Aubier s’est livré à un faux témoignage devant la commission d’enquête puisque précisément on lui a demandé s’il avait des intérêts. Il a absolument nié en disant le contraire », commente-t-elle.

Quant à la défense de Michel Aubier affirmant que « cela ne lui était pas venu à l’esprit », Leila Aïchi s’agace : « Son argument qui consiste à dire qu’il avait été naïf et distrait, je pense qu’il se moque du monde ». Tout en soulignant avoir reçu des alertes d’ONG et associations au moment de l’audition mais sans preuve tangible, Leila Aïchi rajoute : «  Je trouve ça totalement inacceptable surtout sur un sujet de santé publique ». A cet effet, la sénatrice affirme qu’elle proposera un amendement pour doubler les peines de faux témoignage « dans le cadre d’une commission d’enquête pour des questions qui touchent la santé publique ».

Martin Hirsch : « Cela fait des années que dans le secteur de la santé il y a des conflits d’intérêt »

Prévenu par la presse puis informé par Michel Aubier lui-même, Martin Hirsch explique avoir envoyé une lettre afin de prévenir le Sénat du problème. Sans manquer de souligner la renommée du pneumologue, le directeur de l’AP-HP l’affirme : «  Si j’avais été au courant, il va de soi que je n’aurais pas proposé que l’audition se fasse en sa présence ou par lui. Ceci d’autant plus que cet événement intervient à un moment où j’ai lancé tout un travail sur la maîtrise et prévention de l’AP-HP ». Pour Martin Hirsch, cela doit servir « d’enseignement et d’avertissement » à ceux qui ne savent pas ce qu’est un conflit d’intérêt.

Le cas de Michel Aubier au sein des hôpitaux serait cependant loin d’être un cas isolé déplore le directeur : «  Cela fait des années, que dans le secteur de la santé, il y a des conflits d’intérêt dont certains ont provoqué des morts. Je pense notamment à mediator ».  Auditionné lui aussi par le sénat la semaine dernière, Martin Hirsch explique avoir mentionné la nécessité «  d’une évolution législative et réglementaire » sur les conflits d’intérêts dans la santé.