×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Copé accuse Bayrou et Hollande de ne « pas avoir respecté le deuil »

+A -A
Par Public Sénat (images : Jérôme Rabier)
Le 22.03.2012 à 13:13

Publicsenat.fr VOD

Jean-François Copé a accusé jeudi François Hollande et François Bayrou de ne pas avoir "respecté le temps du deuil" après les assassinats de Montauban et de Toulouse, louant à l'inverse "le rôle exemplaire" de Nicolas Sarkozy.

"Alors que nous avions, nous, un comportement de dignité et de retenue, un certain nombre de candidats à l'élection présidentielle n'ont manifestement pas respecté ce temps de deuil", a déclaré le secrétaire général de l'UMP lors d'un point presse donné au moment même où le Raid donnait à Toulouse l'assaut final dans l'appartement de l'auteur présumé des assassinats.

"Je pense à François Bayrou qui, alors même que personne n'avait d'éléments sur l'origine de ce drame, a fait des raccourcis regrettables entre ces crimes et un supposé, je cite, +climat d'intolérance+. Je pense au double langage de François Hollande", a-t-il lancé.

M. Copé s'en est pris aux propos tenus mardi matin sur BFMTV par le candidat socialiste qui a, selon lui, "appelé d'un côté à la retenue et de l'autre a sous-entendu de manière insidieuse qu'il pouvait y avoir un lien direct entre ces assassinats et la manière dont Nicolas Sarkozy exerçait ses responsabilités".

Le numéro un de l'UMP a également vilipendé l'attitude de la candidate écologiste, Eva Joly, et dans une moindre mesure celle de Marine Le Pen (FN), l'accusant de "procès d'intention" dans ses critiques sur la gestion du "fondamentalisme" musulman en France. "En matière de terrorisme, nous n'avons de leçons à recevoir de personne", a-t-il dit.

A l'inverse, M. Copé a salué "le travail remarquable de Claude Guéant", le ministre de l'Intérieur, dans cette opération, et a rendu hommage au "rôle exemplaire" joué par le président-candidat Nicolas Sarkozy.

"Il a fait face avec la dignité, le sang-froid, la compétence, l'expérience qui est la sienne. Il a pleinement joué son rôle de garant de la concorde entre les religions de notre pays et en apaisant toutes les tensions qui auraient pu éclater (entre les communautés) (...) En cette période douloureuse, Nicolas Sarkozy a su rassembler les Français, préserver la cohésion de la Nation et répondre à la menace terroriste", a-t-il souligné.