Corse : Ayrault annonce une directive de politique pénale spécifique

+A -A
AFP
Le 17.10.2012 à 12:51
Corse : Ayrault annonce une directive de politique pénale spécifique
© Afp

Au lendemain d'un nouvel assassinat retentissant dans l'île de Beauté Jean-Marc Ayrault a annoncé que le gouvernement allait élaborer une directive de politique pénale spécifique à la Corse, comme il l'a fait récemment à Marseille pour lutter contre la criminalité.

Le Premier ministre, qui s'exprimait après le Conseil des ministres à l'Elysée, a également demandé aux ministres Christiane Taubira (Justice) et Manuel Valls (Intérieur) « des propositions sur la stratégie globale de lutte » contre la criminalité en Corse. Il réunira la semaine prochaine un séminaire gouvernemental sur le sujet.

« J'ai demandé à la garde des Sceaux ainsi qu'au ministre de l'Intérieur de me faire des propositions sur deux points; d'abord (sur) le renforcement de la coordination opérationnelle entre les services de police et de justice, mais également (...) sur la stratégie globale de lutte contre ces activités criminelles », a dit Jean-Marc Ayrault.

Et d'enchaîner : « J'organiserai la semaine prochaine une réunion (…) à laquelle j'associerai également le ministre de l'Economie et des Finances (Pierre Moscovici) et le ministre du Budget (Jérôme Cahuzac) concernant tous les aspects fiscaux de délinquance financière, afin de définir le plan d'action à prendre ».

« Je demande également à tous les autres membres du gouvernement (...) de veiller, en liaison avec les élus de Corse, au respect des engagements de l'Etat (...) en particulier (en termes) d'investissements » et à « veiller à la cohérence globale de l'action des politiques publiques ».

Pour François Hollande la violence en Corse n’est « aucunement acceptable dans notre République [elle] n'est pas nouvelle mais a changé de nature et d'intensité (…) elle est aujourd'hui essentiellement liée à des réseaux, des clans, des règlements de compte avec un nombre de morts qui n'a cessé de progresser et qui n'est aucunement acceptable dans notre République », a-t-il dit, selon la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, à l’issue du Conseil des ministres.

Le chef de file des députés PS, Bruno Le Roux, a quant à lui dénoncé l'existence « d'un système mafieux » en Corse contre lequel « il est nécessaire de lutter sans aucun répit ».

Il a ajouté qu'un déplacement de Christiane Taubira et de Manuel Valls était prévu dans l’île, ce qui, selon lui, « montre bien le sens et la fermeté de l'action gouvernementale ».