Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Couac au Sénat : un article de la réforme des retraites rejeté… par erreur

+A -A
François Vignal
Le 14.10.2010 à 19:25

Un sénateur centriste, qui votait pour l'ensemble de son groupe, a voté par erreur contre l’article 4 de la réforme des retraites sur les modalités d’allongement de la durée de cotisation. Il s’est trompé dans la couleur des bulletins. Le gouvernement demandera une seconde délibération sur l’article.

Coup de théâtre : le Sénat a rejeté l’article 4 de la réforme des retraites sur les modalités d’allongement de la durée de cotisation jusqu’en 2020 ! Ah… non, c’est un sénateur centriste qui s’est trompé. Pouce. Ça ne compte pas. On revotera.

Le vote – 181 contre et 155 pour – est la conséquence d’une erreur humaine. Celle du sénateur centriste de Mayotte, Adrien Giraud. Il avait les délégations de vote de l'ensemble de son groupe. Il a voté contre. Il fallait voter pour. Dommage. La cause ? Il s’est trompé dans la couleur des bulletins de vote. La fatigue, dit-on au groupe centriste. Une erreur qui a eu pour conséquence le rejet de l’article. L’UMP, qui ne dispose que d’une majorité relative au Sénat, a besoin des voix centristes.

Ce n'est pas la première bourde des centristes

Eric Woerth a expliqué qu'il s'agissait d'une « erreur matérielle ». Le gouvernement demandera une seconde délibération sur l’article. Elle ne pourra intervenir qu'à la fin du texte. De quoi retarder encore un peu plus le vote final du texte, dont l’examen a déjà été prolongé jusqu’à mercredi prochain.

Les centristes ne sont pas à leur première bourde. Le 21 décembre dernier, la majorité avait déjà essuyé un joli couac du même genre. Le texte polémique sur le redécoupage électoral avait été tout simplement supprimé suite à une erreur de vote d’un sénateur. C'était déjà un centriste qui avait commis l'erreur. Un certain Jean-Jacques Pignard.