Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Dassault tacle Pierre Gattaz, « patron de rien du tout » et encense Macron et Le Drian

+A -A
Public Sénat
Le 22.01.2016 à 11:05

A 89 ans, Serge Dassault ne pratique plus, depuis longtemps, la langue de bois. Invité sur le plateau de Territoires d’infos, sur Public Sénat et Sud Radio, le sénateur de l’Essonne ne prend pas de pincettes, même lorsqu’il s’agit de l’ancien président Nicolas Sarkozy, qui sort ce vendredi son livre évènement. « Son problème, c’est tout ce qu’il n’a pas fait et qu’il reconnaît aujourd’hui, c'est-à-dire supprimer l’ISF et supprimer les 35h » tance Serge Dassault. ISF, 35h, CDI… les causes de tous les malheurs à en croire le sénateur « L’impôt sur la fortune est l’impôt le plus grave et le plus démolisseur de l’économie française » martèle-t-il soulignant néanmoins qu’il n’avait « jamais envisagé de partir à l’étranger ».

Selon lui, François Hollande ne comprend pas le problème de l’emploi. « Les emplois aidés, ça ne sert à rien et ça coûte cher. Ce qui va réduire le chômage, c’est la flexibilité de l’emploi » affirme-t-il. « C’est très bien de vouloir former les chômeurs. Mais ce n’est pour ça qu’il va trouver du travail ».

Gattaz, « le patron de rien du tout »

Surtout, il faut que les entreprises « puissent licencier s’il n’y a plus de boulot. » En d’autres termes : « Le problème, c’est le CDI. Il faut supprimer le CDI ». Quant au modèle social ? « Il faut y toucher, ça ne marche pas du tout.  Ce n’est pas un modèle, c’est une catastrophe. »  Et apparemment, ce n’est pas sur le Medef qu’il faut compter, en tout cas pas sur son président, le patron des patrons. « Pierre Gattaz, je trouve qu’il est un peu ramollo » lance Serge Dassault moquant « le patron de rien du tout. Il n’est pas suffisamment agressif vis-à-vis du gouvernement. C’est sa nature. »

Le Drian, meilleur ministre de la Défense

En revanche, le sénateur estime bien davantage un ministre controversé dans son gouvernement. « Macron est pas mal » avoue-t-il dans un sourire. « J’aime bien Macron. Quand il dit que les chefs d’entreprises ont plus de soucis que les salariés, c’est vrai. » Et ses critiques contre la politique du président de la République s’éteignent immédiatement lorsque la vente des Rafale est évoquée. « François Hollande et le ministre de la défense sont excellents pour la vente de nos avions » juge-t-il. « Le Drian, c’est le meilleur ministre de la Défense qu’on n’a jamais eu. Il est au-dessus de tous les autres. Merci monsieur Le Drian, merci monsieur Hollande."

Quant à ses  problèmes judiciaires, il les balaye d’un revers de la main. « Je n’ai pas acheté de voix. Ce sont des faux témoignages qui ont été pris en compte malheureusement par la justice. Cela n’a jamais eu lieu. C’est un mensonge. Ca n’existe pas les achats de voix. »