Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Déchéance de la nationalité : «Une mesure cannibale, néfaste et clivante » pour Bariza Khiari

+A -A
Public Sénat
Le 16.03.2016 à 18:34

A la tribune de la Haute-Assemblée lors de la discussion générale sur la révision constitutionnelle, la sénatrice PS de Paris a méthodiquement exposé son opposition farouche à l’inscription de la déchéance de la nationalité « quelque soit sa version » dans la Constitution.

« Une mesure  cannibale, néfaste et clivante. Elle nous épuise, elle nous dévore. Elle nous oblige à choisir entre loyauté et conviction tout en renonçant quelque soit ce choix, à l’efficacité et à l’unité » Dans le peu de temps qui lui était imparti, Bariza Khiari, première signataire chez les sénateurs PS d’un amendement visant la suppression de l’inscription de la déchéance dans la Constitution, à réitéré ses critiques devant Manuel Valls.

Elle a commencé par fustiger « une modification de la Constitution au forceps » avec « un choix impossible entre l’apatridie ou la discrimination envers les binationaux ». L’article 2 sur la déchéance est selon elle synonyme « d’impasse » à la fois « juridique » et « politique ». « Juridique, avec la rupture d’égalité entre les Français (…) et politique avec le retrait de la binationalité pour calmer un camp,  et rajout des délits pour en satisfaire un autre ».

Enfin, Bariza  Khiari assure que voter l’inscription de la déchéance de la nationalité dans la Constitution donnera « une belle victoire à ceux qui attaquent notre art de vivre et nos valeurs. C’est donner des arguments supplémentaires à ceux qui disent à des jeunes qu’ils veulent embrigader : vous voyez, on vous l’avait bien dit. Vous êtes Français mais pas trop. Personnellement je me refuse à leur donner cette victoire ».