Echirolles : le «laxisme» de Hollande encourage «à plus de barbarie», selon Estrosi

+A -A
Par Public Sénat
Le 03.10.2012 à 12:14

Publicsenat.fr VOD

L’ex-ministre de l’Industrie Christian Estrosi était l’invité du 22 heures de Public Sénat mardi soir. Interrogé sur le drame d’Echirolles près de Grenoble, le député-maire UMP de Nice affirme que François Hollande « était dans son rôle » en se rendant sur place. En revanche, il met en cause la ministre de la Justice Christiane Taubira. « Lorsque nous entendons un garde des Sceaux qui depuis 4 mois dit qu’il veut supprimer les peines planchers contre les multirécidivistes, remonter la majorité pénale des mineurs les plus violents, ou encore demander que les courtes peines ne soient pas exécutées, c’est un très mauvais message adressé à la délinquance ».

Il ajoute : « En même temps, le président de la République doit s’interroger sur la manière dont il a donné des directives à son gouvernement en matière de sécurité intérieure comme de justice, parce que les messages laxistes qui sont adressés ne sont pas des encouragements au respect des droits et devoirs de la République mais au contraire à plus de laxisme, à plus de lâcheté, à plus de barbarie dans notre pays et je vois que depuis quelques semaines cette violence ne cesse de monter en puissance dans notre pays ».

Christian Estrosi affirme aussi qu’il va faire appel à des agences de sécurité privées dans sa ville de Nice. Là où sa police municipale « n’a pas le droit d’intervenir en matière d’ordre public », il va « installer des agents privés ». « Le seul moyen que j’ai est de passer des conventions avec les bailleurs sociaux pour y mettre des gardiens privés. (…) Ils sont autorisés, conformément à la loi Estrosi pour la lutte contre les bandes organisés, d’être armé d’armes de catégorie 6 », soit par exemple les bombes lacrymaux ou les poignards.