×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Emplois d'avenir : « Ni véritable emploi, ni véritable avenir », selon Fillon

+A -A
Le 29.08.2012 à 18:27
Emplois d'avenir : « Ni véritable emploi, ni véritable avenir », selon Fillon
© AFP

L'ancien premier ministre François Fillon a estimé que les emplois d'avenir, présentés mercredi en Conseil des ministres, ne représentaient "ni" un "véritable emploi", "ni" un "véritable avenir", en regrettant que "la France multiplie les contrats aidés depuis 30 ans".

"Face à la persistance du chômage des jeunes, la France multiplie les contrats aidés depuis 30 ans", souligne M. Fillon dans un communiqué, rappelant que ce type de contrat a aussi été utilisé sous des gouvernements de droite, notamment le sien.

"C'est un instrument d'urgence mais qui n'a rien d'original ni de décisif pour lutter contre les causes structurelles qui figent depuis si longtemps notre marché de l'emploi: coût du travail, dévalorisation du travail, rigidité des règles d'embauche, formation professionnelle des jeunes, adaptation des règles au niveau de l'entreprise", ajoute le candidat à la présidence de l'UMP.

M. Fillon estime que "ces causes structurelles, la gauche n'ose pas les traiter avec lucidité et courage" puisque "de façon dogmatique, elle a supprimé la TVA sociale qui permettait de baisser le coût du travail, enterré les heures supplémentaires défiscalisées qui motivaient les salariés, renoncé à une refonte de notre système de formation professionnelle, stigmatisé les entrepreneurs".

Selon lui, le dispositif annoncé mercredi "n'offrira aux jeunes sans diplôme, aucune vraie solution en termes de formation professionnelle ou d'accompagnement vers un emploi stable".

"Ces emplois qui reposeront sur une aide de l'Etat d'une durée maximum de trois ans seront, soit précaires, soit correspondront, comme cela a été le cas des emplois jeunes, à une simple préembauche, c'est-à-dire à la création à terme de nouveaux emplois publics", poursuit le député de Paris.

 "Le financement de l'Etat qui est prévu ne correspond donc pas à une dépense productive et qualitative pour l'emploi. Il viendra gonfler le déficit, donc peser sur les ressorts de la croissance, sans pour autant garantir un véritable avenir professionnel aux jeunes concernés", juge M. Fillon.