Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Euro 2016 : une fan-zone sous la tour Eiffel est un risque « d’attentat massacre » pour Frédéric Péchenard

+A -A
Julie Torterolo
Le 25.03.2016 à 12:05

Invité de Territoires d’Infos, Frédéric Péchenard s’inquiète du projet de la maire de Paris, Anne Hidalgo, d’une fan-zone sous la tour Eiffel pour l’Euro 2016. Pour lui, « c’est offrir aux terroristes une possibilité de faire un attentat massacre ».

« Quand j’entends que Mme Hidalgo à Paris veut créer une fan-zone sous la tour Eiffel pour accueillir 100 000 personnes, qui tous les soirs pendant un mois vont être sous la tour Eiffel, alors là je suis absolument terrorisé.»  Frédéric Péchenard a partagé ce vendredi son inquiétude sur l’installation de plusieurs fan-zones, particulièrement sous la tour Eiffel,  dans la capitale pour l’Euro de foot 2016. Pour lui, ces manifestations regroupant plusieurs milliers d’habitants sont trop dangereuses en raison des menaces terroristes. « Je suis contre car c’est offrir au terrorisme une possibilité de faire un attentat massacre », martèle cet ancien chef de la section anti-terroriste de la brigade criminelle.

En revanche, pour le directeur général des Républicains, il n’est pas question d’annuler l’événement. Il faut maintenir la compétition européenne, sinon cela reviendrait «  à donner raison aux terroristes », explique-t-il. « Sur l’Euro, la vraie question qui se pose c’est : est-ce qu’on doit continuer à vivre malgré le terrorisme, ou est ce qu’il faut rester calfeutré chez sois ? Je pense qu’il faut continuer à vivre donc organiser l’événement », commente Frédéric Péchenard. Toutes les fan-zones en France ne sont pas un problème pour cet ancien membre de la police, ce sont celles organisées à Paris qui l’inquiète. « Il faut interdire des fan-zones à Paris », prévient-il. Une décision qu’il prendrait s’il était préfet de police, administration compétente pour l’organisation de l’Euro 2016.

Fréderic Péchenard ne demande pas non plus d’interdiction générale : « Ça dépend du type de fan-zone, ça dépend de comment est la protection, ça dépend des lieux, il faut voir les choses au cas par cas mais à Paris je l’interdirais ». Et celui qui critique «  qu’on ait laissé Daesh grossir » insiste : réunir des milliers de personnes à un même endroit tous les soirs, particulièrement sous la tour Eiffel, donne la possibilité aux terroristes « de faire des actions extrêmement simples ». «  Evidemment, il faudra mettre énormément de policiers pour la protection, autant de policiers qui nous manqueront dans la lutte antiterroriste », conclut-il.