Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Florian Philippot comprend la colère des agriculteurs et s’en prend à Bruxelles

+A -A
Public Sénat
Le 29.02.2016 à 11:08

Des sifflets pour le chef de l’Etat mais également un saccage du stand du ministère de l’Agriculture ont marqué ce début de Salon ce week-end : « On ne saccage pas, évidemment » a réagi Florian Philippot lors de cette émission enregistrée sur place. « Je remarque que l'indignation est forte quand un stand du ministère de l'Agriculture est dévasté, elle est beaucoup moins forte quand il s'agit de constater que des agricultures se suicident chaque jour en France, que des agriculteurs n'arrivent plus à vivre décemment, que des exploitations mettent la clé sous la porte tous les jours », a également expliqué le vice-président du Front national. « Il faut comprendre la colère, ça ne justifie pas la violence, mais il faut la comprendre. Se focaliser sur ce genre d'événements et oublier ce qui se passe, la crise de la ruralité dans notre pays, c'est passer à côté des choses. »

Florian Philippot a aussi fustigé « les responsables politiques de droite et de gauche qui arpentent ce salon depuis des années, pour ne rien annoncer, si ce n’est de vagues promesses ». Selon le député européen, « la profonde crise de la ruralité » « relève d’une politique européenne décidée à Bruxelles et appliquée servilement par nos gouvernement ».

Sans son viseur : « la suppression des quotas laitiers », mais également les négociations du traité transatlantique (TAFTA). « Il faut dire aux Français que nos dirigeants ont accepté de transférer leur liberté, leur pouvoir, leur responsabilité à Bruxelles. C’est ça le problème » a-t-il conclu.