Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

François Hollande : « La France et la Belgique sont liées par l’horreur »

+A -A
Julie Torterolo (avec l'AFP)
Le 22.03.2016 à 13:23

Après les attentats qui ont touché Bruxelles mardi, François Hollande a exprimé son soutien au gouvernement belge et a appelé à « l’unité nationale » face à la menace terroriste.

« Cette guerre contre le terrorisme doit être menée avec sang froid, avec lucidité, avec détermination car elle sera longue. » Le président de la République a réagi, à l'Elysée en marge d'une réunion du conseil stratégique de l'attractivité, aux attaques terroristes qui sont survenues ce mardi matin à l'aéroport international et dans une station de métro de la capitale belge, laissant un premier bilan d’au moins 26 morts.  

Exprimant « son entière solidarité et amitié à l’égard du peuple et gouvernement belge », François Hollande assure également de la disponibilité de la France pour apporter aux autorités belges « tout le soutien indispensable » dont elles auraient besoin dans ces circonstances dramatiques. « La France et la Belgique sont liées par l’horreur », martèle le Président.  

François Hollande : « L'unité la plus indispensable, elle est au plan national »

« Le terrorisme a frappé la Belgique mais c’était l’Europe qui était visé, et c’est tout le monde qui est concerné. Nous devons prendre conscience de l’ampleur et de la gravité de la menace terroriste», poursuit le chef de l’Etat qui rappelle que «  Paris a été particulièrement ciblé » sans exclure d’autres continents comme l’Afrique.

Pour le président de la République, la menace est «  globale et exige d’y répondre globalement ». Cela passe par des actions menées dans « toute l’Europe, à l’international » particulièrement en matière de renseignement et avec « des dispositifs législatifs qui doivent être à la fois efficaces et respectueux des libertés », souligne le chef de l’Etat. Ce dernier rappelle également que des « dispositifs de contrôle des frontières et également de présence de policiers, de gendarmes, et de militaires dans les infrastructures de transport » ont été déployés dès ce mardi matin sur le territoire national. Des mesures qui se rajoutent « aux moyens indispensables » mis en place depuis plusieurs années en France.

« Nous devons veiller plus que jamais à notre unité, au plan européen, au plan mondial » mais « l'unité la plus indispensable, elle est au plan national et chacun doit avoir conscience que dans cette période, nous devons être dans le rassemblement, dans la cohésion et aussi dans la solidarité », a insisté François Hollande.  Et de conclure : «  Chacun doit avoir conscience que dans cette période nous devons être dans le rassemblement, dans la cohésion et aussi dans la solidarité ».