Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

François Hollande sur Periscope récolte des insultes

+A -A
Simon Barbarit
Le 01.03.2016 à 13:39
François Hollande sur Periscope récolte des insultes
© Periscope

Diffusée sur Periscope, une vidéo du chef de l’État en déplacement dans une entreprise de Seine-Saint-Denis a suscité un flot d’insultes à son encontre. En pleine polémique sur la loi Travail, la riposte Web de l’exécutif tourne au fiasco.

A l’instar du « Président » Laurent Blanc, l’entraineur du PSG, le vrai, François Hollande gardera lui aussi une  mauvaise expériencede « Periscope ». Une application qui permet de diffuser une vidéo en direct et de faire interagir, par des messages, les autres utilisateurs du réseau. Une fausse bonne idée pour les communicants de l’Elysée tant la  participation du chef de l’Etat à une table ronde avec des salariés de Showroomprive a été fortement perturbée par des insultes. Si les équipes de François Hollande ont bien tenté de faire le ménage parmi ces commentaires désobligeants, sur le compte Twitter de l’Elysée bon nombre sont encore visibles. Entre les « coucou Monsieur le Président » « Elle est où Valérie ?», « Hollande Menteur », « Hollande Ntm », « flambi », « Vivement l’an prochain qu’il se casse de là », et on en passe des plus corsés, c’est peu dire que son message sur la future loi Travail n’est pas passé. Un risque assumé par le service de communication de l’Elysée comme en témoigne ce tweet ci-dessous.

« Le problème ce n’est pas le média, c’est l’émetteur. Quand on est un émetteur en situation de faiblesse comme François Hollande, la règle c’est de ne pas surcommuniquer. Il faut au contraire recréer un désir de sa parole » analyse le communicant Claude Posternak avant de poursuivre : « en communication politique on fait d’abord de la politique. Si vous ne réglez pas votre stratégie politique, vous ne pouvez pas régler votre communication ».

La bataille du Web qui entoure actuellement la loi Travail ne semble pas, pour le moment, tourner à l’avantage de l’exécutif. Après la pétition en ligne « loi travail non merci » qui a déjà réuni près de 800 000 signataires, le gouvernement avait déjà tenté de répliquer la semaine dernière en créant un compte Twitter @LoiTravail. « Bonjour, je suis la #LoiTravail! On parle beaucoup de moi mais on me connaît mal. Sur ce compte, je vous dis tout! (Mes tweets n’engagent que mon projet de loi) » peut –on lire dans la présentation et là encore beaucoup d’insultes en réponses.