×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Guéant annonce une baisse de 0,34% de la délinquance, le PS dénonce un « maquillage »

+A -A
Le 17.01.2012 à 11:15
   Guéant annonce une baisse de 0,34% de la délinquance, le PS dénonce un « maquillage »
© AFP

La délinquance générale "a baissé de 0,34%" en France en 2011, par rapport à l'année précédente, a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur Claude Guéant au cours d'une conférence de presse.

La délinquance générale "a baissé pour la neuvième année consécutive", a souligné le ministre, en précisant qu'avaient été recensés par la police et la gendarmerie "près de 12.000 faits en moins" et que "depuis 2007, elle a baissé de 7,8%, soit de 290.000 faits".

Par rapport à 2002, la délinquance générale "a baissé de 16,47 % soit de 678.000 faits", a-t-il poursuivi, en soulignant que depuis la même année, "la population française a augmenté de 3.200.000 habitants".

Si les atteintes aux biens constatées en 2011 "ont diminué de 1,74 %", le ministre a reconnu "un point noir", celui de la hausse du nombre de cambriolages de résidences principales et secondaires: "de 16%", selon "une tendance que nous enregistrons depuis deux ans".

Quant aux atteintes volontaires à l'intégrité physique, elles "se stabilisent, (leur) augmentation est de 0,1%". Selon lui, ce sont "les violences commises à l'intérieur du cercle familial" qui représentent l'essentiel de la hausse, avec "une augmentation de 0,2%" en 2011. A l'inverse, les "violences crapuleuses baissent de 0,1%", a ajouté le ministre.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, "s'est encore livré aujourd'hui à un exercice de maquillage des faits de délinquance" en annonçant son bilan 2011, a dénoncé mardi François Rebsamen, conseiller pour les questions de sécurité du candidat PS, François Hollande, et président du groupe PS du Sénat. Outre la forte augmentation des cambriolages, le sénateur-maire de Dijon relève que les violences contre les personnes "se sont accrues de plus de 22% en France métropolitaine au cours de la décennie et les violences non crapuleuses, de plus de 50%, selon les chiffres" de l'Observatoire national de la délinquance. "Ce n’est pas en travestissant les chiffres, en maquillant les faits, en présentant la délinquance et la criminalité en trompe l’œil que l’on progresse, mais en s’attachant à la transparence et en respectant l’exigence de justice et de sécurité de nos concitoyens", insiste François Rebsamen.

M. Guéant s'en est pris à l'opposition, "puisqu'il est de bon ton à gauche de dire et de répéter que les violences aux personnes sont un échec des gouvernements qui se sont succédé depuis 2002 - ce qui est un pur mensonge - je lui rappellerai que pendant les 5 dernières années où elle a été au pouvoir les violences aux personnes avaient augmenté de 70 %".

De façon plus générale, il a réitéré ses critiques à l'encontre du Parti socialiste: "je rappelle pour que les choses soient bien claires à l'esprit de tous que sous le dernier gouvernement de gauche, entre 1997 et 2002, la délinquance générale avait augmenté de 17,76 %, soit 620.000 faits".

M. Guéant avait indiqué avant sa conférence de presse: "la façon dont je présente les choses aujourd'hui sera sans doute la dernière parce qu'on peut aller vers un système" d'outil de comptabilité des statistiques "plus moderne". "Il n'empêche que ce que je présente est rigoureusement exact", a-t-il ajouté indiquant lors de sa conférence de presse ne pas avoir voulu "casser (ce) thermomètre". A Paris, a-t-il dit par ailleurs, "la délinquance générale a chuté de 2,3%".