×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Guéant espère « que Sarkozy revienne »

+A -A
Par Public Sénat
Le 27.09.2012 à 12:32

Publicsenat.fr VOD

© public senat

Tandis que la guerre des chefs se poursuit pour la présidence de l’UMP, l’ancien ministre de l’Intérieur Claude Guéant est revenu sur l’éventuel retour de Nicolas Sarkozy au premier plan. « Pour l’instant, il n’a pas du tout l’intention de revenir dans le jeu politique, mais les circonstances peuvent changer. »

Proche de l’ancien président, Claude Guéant « observe une grande nostalgie de l’exercice de (…) Nicolas Sarkozy parmi l’opinion. A titre personnel, je souhaite qu’ [il] revienne ».

En attendant, l’ex-ministre reste indécis sur le choix du nouveau président. « J’attends que la campagne se déroule » a-t-il déclaré.  « Lorsqu’il y aura un président qui aura été choisi par les militants, (…) tout le monde sera derrière ce président. (…) Il faudra donner des signes de l’union. » Sur la sortie de Jean-François Copé sur « le racisme anti-blanc », il a insisté pour «que le peuple français tout entier se mobilise contre tout ce qui peut apparaître comme du racisme ou de l’antisémitisme. »

Souvent comparé Manuel Valls, Claude Guéant a refusé la filiation : « [Il] est populaire par la fermeté du discours qu’il affiche. (…) Mais (…) [il] appartient à une équipe. (…) La question est de savoir si la politique de sécurité du gouvernement va être efficace ou non. »

Interrogé sur la politique de François Hollande, Claude Guéant souhaiterait qu’ [il] s’assume enfin comme Président de la République. (…) [Il] a nié pendant toute la campagne présidentielle la réalité de la crise mondiale, imputant à Nicolas Sarkozy tout ce qui n’allait pas en France, il est en train de retomber dans le même travers. (…) Ce faisant, il se prive au regard de l’opinion des outils qui permettraient de lutter efficacement contre le chômage. (…) On a perdu six mois. (…) C’est une bataille politicienne qui n’est pas à la hauteur des enjeux auxquels nous avons à faire face. »