×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Le Guen : « Merkel est un joueur de casino addict »

+A -A
Thomas Leroy (avec Forian Bourdier)
Le 26.06.2012 à 09:33

Publicsenat.fr VOD

Jean-Marie Le Guen était ce matin l’invité de Radio classique et Public Sénat. L’occasion pour le député de Paris d’aborder l’action du gouvernement, la question du SMIC et le prochain sommet européen.

Au lendemain du séminaire gouvernemental sur le budget, Jean-Marie Le Guen conteste toute « augmentation massive des impôts. Il va y avoir le rétablissement de l’ISF, la suppression de la TVA sociale, donc (…) c’est une remise en perspective de la fiscalité dans une perspective plus juste. »

« Ce qui est vrai, c’est que l’action du gouvernement est assez séquentielle » a-t-il précisé.  « Ce qui va être demandé au mois de Juillet, cet effort de rattrapage concerne essentiellement les gens qui sont autour de la problématique de l’ISF. (…) Tout ce qui concerne l’impôt sur le revenu est renvoyé au budget 2013. »

Augmentation des recettes mais aussi baisse des dépenses, le député rappelle « la volonté » de la gauche de « réformer » l’Etat et les collectivités territoriales. « Ce sera le débat des mois qui viennent. (…) On va faire des économies », a-t-il expliqué. « C’est-à-dire une contrainte très forte sur la dépense publique qui sera bloquée sur les 3 ans qui viennent, en valeur, c’est quand même très puissant. C’est un coup de frein très sérieux. »

Jean-Marie Le Guen est revenu sur l’augmentation du SMIC à partir du 1er juillet prochain, décision critiquée par le patronat en raison de l’augmentation du coût du travail. « Je pense qu’il faut entendre la question du coût du travail », a insisté le député. « Nous devons avoir une réponse sur cette question là. (…) Cette hausse [devrait] être au alentour de 2 ou 2,2%, (…) [soit] 20 à 25 euros par jour, (…) un rayon de soleil dans une période difficile. »

Interrogé sur l’Europe, le député de Paris livre son sentiment sur la chancelière allemande : «  On a l’impression que Mme Merkel c’est un peu un joueur de casino addict, qui revient sans arrêt pour essayer de remettre de l’argent, sans savoir à un moment à la fois s’arrêter, accepter d’avoir perdu de l’argent pour repartir du bon pied ». Il ajoute, au sujet du sommet européen prévue pour vendredi avec, entre autre, François Hollande que « évidemment il n’y aura pas la victoire d’un camp ou de l’autre, (…) mais je pense que nous ne lâcherons pas. La politique économique menée par Mme Merkel conduit dans le mur ».