×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Hollande à Dakar : « Le temps de la Françafrique est révolu »

+A -A
F.V.
Le 12.10.2012 à 19:13
François Hollande, lors de son déplacement à Dakar.
© AFP

Ce discours était attendu. Après le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy en juillet 2007, qui avait fait controverse, François Hollande a justement choisi la capitale sénégalaise pour son premier déplacement en Afrique. C’est un anti-discours de Dakar que François Hollande a tenu devant l’Assemblée nationale sénégalaise.

Le président de la République entend « renouveler la relation entre la France et l’Afrique ». « Le temps de la Françafrique est révolu. Il y a le partenariat entre la France et l’Afrique. Une relation fondée sur le respect, la clarté et la solidarité », explique-t-il. Il assure que « les officines ont porte clause à la porte de la République française, comme de tous les ministères ».

Il prône à la fois « la franchise », mais sans « complaisance ». « Je ne suis pas venu en Afrique pour imposer un exemple, ni pour délivrer des leçons de morale. Je considère les Africains comme des partenaires et des amis. L'amitié crée des devoirs, le premier d'entre eux est la sincérité. Nous devons tout nous dire, sans ingérence mais avec exigence », a lancé le chef de l’Etat français, évoquant la liberté de la presse, l’indépendance de la justice, la protection des minorités.

« Double dette » de la France

François Hollande a souligné la « double dette » que la France a envers le Sénégal. « Vous avez contribué à la République française avec vos représentants et même à la constitution qui me permet d’être chef d’Etat », a-t-il rappelé. Rappelant les deux guerres mondiales et « l’enrôlement de gré ou de force » des tirailleurs sénégalais pour la France, François Hollande lance : « Le sang africain a été versé pour la liberté du monde et je ne l’oublierai jamais ». Le Président a rappelé la traite négrière. « A la maison de l’histoire de l’esclavage, je m’inclinerai », a-t-il assuré.

Il a promis une « procédure administrative simplifiée pour les étudiants » qui souhaitent se rendre en France. Pour les artistes, François Hollande veut « qu’ils ne soient pas contraint de renoncer à un déplacement en France faute d’obtenir un visa ».

Pour un meilleur développement des pays africains, François Hollande s’est permis quelques conseils : « Une bonne gouvernance », lutter contre « la corruption », « l’égalité ». « Le futur de l’Afrique se bâtira par le renforcement des capacités des Africains à gérer eux-mêmes les crises que le continent traverse », a-t-il souligné, alors que les forces françaises sont intervenues à plusieurs reprises en Afrique.