×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Hortefeux : «65 millions de Français vont être touchés» par une hausse «très injuste» de la CSG

+A -A
Public Sénat
Le 11.07.2012 à 09:40

Brice Hortefeux était ce matin aux micros de Public Sénat et Radio Classique. Après s’être exprimé sur la conférence sociale qui vient de s’achever et sur l’action du gouvernement, l’ancien ministre UMP de l’Intérieur a critiqué la position de son successeur.

Pour cet ami proche de Nicolas Sarkozy, la tenue d’une conférence sociale est un aveu de faiblesse de la part du nouveau gouvernement. « On pouvait attendre qu’après 10 ans d’opposition, 10 ans d’observation, 10 ans de possibilités de réflexion, qu’il y ait des propositions, (…) or on observe que sur les retraites on va se concerter, sur la compétitivité on va créer une commission, que sur la protection sociale on va saisir une haute autorité et que sur le SMIC on va réfléchir. Il y a peut être de la réflexion mais certainement pas de décisions ».

Alors que le gouvernement donne des signes de plus en plus précis concernant un recalcul de la Contribution Sociale Généralisée, Brice Hortefeux fustige une hausse « très injuste », expliquant que « 65 million de Français vont être touchés ». Selon l’ancien ministre, « la CSG est déjà un impôt important (…) presque du simple au double » comparé à « l’impôt sur les sociétés ».

Jugeant les actions du gouvernement, le député européen retient « la seule nouvelle concrète » selon lui, à savoir « 7 milliards d’impôts supplémentaires. Ce n’est pas la bonne direction » ajoute-t-il.

Ancien ministre de l’Intérieur, il se montre critique à l’endroit de son successeur Manuel Valls. « La police n’a pas besoin de méfiance, elle a besoin de confiance ». Il qualifie notamment de « fausse bonne idée » le projet d’imposer une remise d’un récépissé par les forces de l’ordre lors des contrôles d’identité.

Enfin, Brice Hortefeux a tenu à rappeler le rôle qui incombe désormais à son parti : « notre organisation doit servir à construire une opposition qui soit claire, offensive, positive et déterminée. »