Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Jean-Vincent Placé : « On devrait avoir un FBI européen »

+A -A
Julie Torterolo
Le 29.03.2016 à 12:24

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, Jean-Vincent Placé revendique la nécessité d’un « FBI » européen, dénonçant une « Europe trop lente ». Par ailleurs, le secrétaire d’Etat met en avant la popularité à l’international de François Hollande.

« On s’est trop posé de question, l’Europe est trop lente. » C’est sans détour que Jean-Vincent Placé demande à l’Union européenne de renforcer sa lutte contre le terrorisme, notamment grâce au renseignement. L’ancien co-président du groupe écologiste au Sénat affirme discuter sur le sujet depuis plusieurs mois avec les parlementaires européens écologistes, accusés par Manuel Valls de bloquer le vote du PNR (Passenger Name Record). Pour Jean-Vincent Placé, il n’y a pas de doute : les dits parlementaires « progressent sur cette idée », bien qu’ils soient inquiets, comme lui, de la dangerosité de l’ouverture de certains fichiers vis-à-vis du respect des droits de l’Homme.

« On devrait avoir un FBI européen », ajoute l’ancien sénateur de l’Essonne. Pour lui, il faut également renforcer Frontex - agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union européenne. « On doit contrôler aux frontières. On doit pouvoir suivre les gens à l’intérieur de l’UE, on doit pouvoir les traquer », martèle-t-il tout en insistant également sur la nécessaire traçabilité des armes en Europe.

Jean-Vincent Placé vante la popularité de François Hollande à l’international

A l’opposé des grondements des frondeurs socialistes, Jean-Vincent Placé a rappelé son attachement à Manuel Valls. Ce dernier qu’il considère d’ailleurs comme le premier au sein du parti socialiste « a avoir eu le mérite de prendre le problème [des quartiers sensibles et du communautarisme] à bras-le-corps ». L’ancien sénateur écolo ne cache pas non plus son attachement à François Hollande qu’il soutient pour 2017. Un appui pour l’actuel chef de l’Etat qui ira tout de même de pair avec sa volonté de « créer un parti écologiste de centre gauche, y compris entrepreneurial et libéral, pro-européen avec un positionnement qui est clair », mais qui ne soit pas un « énième appendice des Verts ».

Et Jean-Vincent Placé se place à contre-courant des sondages : « François hollande est un bon président de la République […] Il est très populaire dans le monde entier par rapport à son action diplomatique et militaire, par rapport aussi à la réussite de la COP 21. Il n’y a un peu près que les Verts dans le monde qui disent que ce n’est pas un succès », affirme-t-il. Et de conclure : « Monsieur Chirac en 1994 et en 2011 et même Nicolas Sarkozy en 2011 étaient plus en difficulté que François Hollande ne l’est aujourd'hui pour l’élection présidentielle ».