Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Juppé plaide pour l’abrogation de la loi Touraine

+A -A
Public Sénat
Le 18.02.2016 à 12:28

Alain Juppé a été le premier des candidats à la primaire de la droite et du centre a passé le « grand oral » devant un panel de dirigeants d'entreprises, réunis par la Fondation Concorde. Il livre les grandes lignes de son programme économique : retraites, statut de la fonction publique, abrogation de la loi Touraine : Morceaux choisis….

Il devrait dévoiler son projet économique dans un nouveau livre à paraitre en mai. En attentant, il a livré hier un avant goût de possibles réformes devant ces « forces vives ». « La principale source de dépenses dans les dépenses de l’Etat, c’est la masse salariale » a rappelé Alain Juppé. Pour autant, fort de son expérience à Matignon de 1995 à 1997 marquée par une réforme de la protection sociale entrainant grèves et manifestations plus que conséquentes à l’époque, il tire « une théorie »,  celle de la « goutte qui fait déborder le vase », et « le vase est bien plein » remarque-t-il. « Donc ne rajoutons pas la petite goutte d’eau qui risque de le faire déborder comme je l’ai fait en 95 lorsque j’ai rajouté la réforme des régimes spéciaux de retraite sur laquelle je n’étais pas prêt » affirme-t-il sous forme de mea culpa. S’il est élu président Alain Juppé se gardera bien d’abroger le statut de la fonction publique, mais souhaite la « dynamiser ». Pour cela, il prend l’exemple de « l’absentéisme ». « Quand nous avons instauré une journée de carence dans la fonction publique, le mal au dos du vendredi soir ou du lundi matin a chuté rapidement. Nos successeurs, pour faire plaisir aux syndicats, ont supprimé cette journée de carence et le taux d’absentéisme est reparti à la hausse. Il faudra rétablir une ou deux journées de carence pour que les abus cessent ou diminuent ».

Sur les retraites, « son premier objectif » sera de décaler l’âge de départ à la retraite, « ce sera 65 ans au fur et à mesure de l’allongement de l’espérance de vie. Ça procure 10 ou 15 milliards sur la durée donc c’est un élément essentiel de remise en ordre des finances sociales » a-t-il annoncé.

L’actuel maire de Bordeaux proposera également au Parlement l’abrogation de la loi Touraine, « qui a été préparée sans concertation » selon lui. Dans cet arsenal de mesures qu’il estime être « inutiles et contreproductives » sa principale cible : « la généralisation du tiers payant généralisé ». « Ce n’était pas une demande sociale, c’est un cadeau qui est fait avec des conséquences très négatives. D’abord une incitation à surconsommer. Tout ce qui est gratuit est en général gaspillé. Et ensuite, un mécanisme bureaucratique qui pèse sur la médecine libérale alors qu’elle est déjà bien encombrée ».

L’émission « Alain Juppé : le grand oral face aux patrons » à voir ou revoir en replay sur publicsenat.fr ou dimanche 21 février à 18H.