×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

L’UMP Marleix « pas angoissé » pour les sénatoriales

+A -A
François Vignal, envoyé spécial à Marseille
Le 02.09.2011 à 20:43
L’UMP Marleix « pas angoissé » pour les sénatoriales
© AFP
Les élections sénatoriales du 25 septembre prochain approchent. A l’UMP on se dit confiant. « Larcher peut être élu avec 12 voix d’avance, voire 16 ou 17 » pronostique Alain Marleix, spécialiste de la carte électorale à l’UMP.

Si l’ambiance s’est échauffée pour l’ouverture de l’université d’été de l’UMP – et ce n’est pas qu’en raison du soleil de Marseille – la sérénité d’Alain Marleix n’est pas troublée en vue des élections sénatoriales. Ce spécialiste de la carte électorale à l’UMP se dit, comme le président du Sénat Gérard Larcher, confiant : « Je ne suis pas angoissé. La majorité s’est effondrée par le passé. Ce ne sera pas le cas cette fois. C’est sûr que la majorité aura une avance assez nette », assure-t-il en marge de l’université d’été de l’UMP.

« Christian Poncelet avait pu compter sur des voix de gauche. Gérard Larcher, c’est pareil. Il a des amitiés un peu partout, chez les radicaux, y compris de gauche…» Marleix s’avance à donner ce pronostic : « Larcher peut être élu avec une douzaine de voix d’avance, voire 16 ou 17 ».

Les listes dissidentes sont pourtant assez nombreuses à droite. Ça n’inquiète pas l’ex-secrétaire d’Etat aux Collectivités locales : « On a plutôt intérêt à faire une liste d’union dans pas mal d’endroits où il y a la proportionnelle, surtout à Paris. Après, il y a des départements où on a tellement d’avance, que ce n’est pas gênant ». Ce qui le conforte, ou plutôt le rassure, c’est la division qui fleurit aussi à gauche : « Depuis 2 ou 3 jours, on voit des listes de gauche dissidentes : Daniel Raoul dans le Maine-et-Loire, en Moselle, en Meurthe-et-Moselle, dans le Pas-de-Calais, avec la liste du sénateur Sergent. Aussi dans l’Essonne, où notre Coréen national (sic), Jean-Vincent Placé (proche de Cécile Duflot, ndlr), va avoir chaud aux plumes ! »