Larcher et Bel s'interpellent par voie de presse

+A -A
F.V.
Le 14.12.2011 à 11:01
Larcher et Bel s'interpellent par voie de presse
Jean-Pierre Bel et Gérard Larcher.

Président du Sénat contre ex-président du Sénat. Jean-Pierre Bel et Gérard Larcher se répondent par presse interposée. L’ancien président UMP de la Haute assemblée attaque la gauche, majoritaire au Sénat depuis les sénatoriales de septembre dernier, dans un entretien au Figaro. Il affirme « ne plus reconnaître » la Haute assemblée qui, depuis son basculement à gauche, a « perdu son autonomie ». Il ajoute : « Le Sénat est devenu la maison des hollandais ».

« Je crains que le Sénat devienne dépendant du club des hollandais ou de la rue de Solférino », renchérit Jean-Claude Carle, vice-président UMP du Sénat. « C’est vrai qu’on rentre dans une campagne présidentielle. On a tendance à grossir les choses », reconnaît-il, « mais je souhaite que Jean-Pierre Bel, comme ses prédécesseurs, sache garder à l’institution son autonomie. La démocratie s’est exprimée, c’est normal qu’il y ait un changement politique, mais ça ne veut pas dire dépendance vis-à-vis d’un parti. Ce qui fait la force du Sénat, c’est de savoir prendre du recul et de la hauteur ».

« Dérisoire »

« Je trouve cela dérisoire », a répondu Jean-Pierre Bel, ce matin sur Europe 1. « Gérard Larcher allait prendre le petit déjeuner tous les mardis matin avec le président de la République », souligne le président PS du Sénat. « Gérard Larcher aurait été un meilleur président du Sénat s’il ne l’avait pas fait. Il le serait même peut-être resté ! » ironise François Rebsamen, patron des sénateurs PS interrogé par publicsenat.fr.

Jean-Pierre Bel revendique cependant que le Sénat soit devenu un « laboratoire » de la gauche. « Le laboratoire, je prends ce mot et je suis d’accord. Un laboratoire c’est un endroit où on fait preuve de créativité, d’inventivité, de réflexion pour l’avenir et c’est ce qu’on attendait de nous », a affirmé le sénateur de l’Ariège sur Public Sénat lundi soir.

Alors que Gérard Larcher affirme que certains projets de loi sont relus par l’équipe Hollande, Jean-Pierre Bel affirme que « c’est totalement ridicule ». Mais il ajoute : « Nous n’allons pas chercher tous les matins les décisions à prendre auprès de François Hollande. Néanmoins, nous sommes en cohésion avec lui ».