Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Le retour de Léonarda «serait un très mauvais signal» selon un proche de Valls

+A -A
François Vignal (images : Nathalie Guillouard)
Le 16.10.2013 à 16:31

Manuel Valls est la cible des critiques de la gauche et d’une partie du PS après l’expulsion d’une jeune rom kosovar, Léonarda. Mais parmi les nombreuses réactions d’indignation, un élu prend la défense de Manuel Valls. C’est le sénateur PS Luc Carvounas. Normal, le secrétaire national du PS aux relations extérieures est un proche du ministre de l’Intérieur. « On a appliqué une décision de justice. La loi a été appliquée avec beaucoup d’humanité », affirme-t-il à Public Sénat.

Face à la polémique, Jean-Marc Ayrault a promis, lors des questions d’actualité à l'Assemblée nationale, que l'arrêté d'expulsion serait annulé si l'enquête administrative sur cet éloignement montrait qu'une « faute » avait été commise. Les résultats seront connus « dans 48 heures ».

« La gauche au pouvoir est vraiment une gauche humaniste »

Interrogé en fin de matinée sur un retour possible de la jeune fille, soit avant la déclaration de Jean-Marc Ayrault, Luc Carvounas n’y voit pas une bonne décision. « Ce serait un très mauvais signal de la part du gouvernement, quand toutes les procédures administratives ont été épuisées, toutes les solutions qui auraient pu être évoquées pour (permettre) ou pas le maintien de cette famille ont été mises sur le tapis (et qu’on arrive) à la décision d’une reconduite. Je pense que ce serait un très mauvais signal vis-à-vis des concitoyens que de dire que le gouvernement s’assoit sur ce que la justice décide. Ce serait un mauvais signal, on continuerait de nourrir les extrémismes et les populismes », estime le sénateur du Val-de-Marne.

« L’action de Manuel Valls est légitime, mais dans le cadre de la loi, avec le souci toujours d’une loi appliquée avec beaucoup d’humanité. Je ne crois pas que c’était l’adage du gouvernement Fillon ou de la présidence de Nicolas Sarkozy. En cela, cette gauche qui est au pouvoir est vraiment une gauche humaniste », insiste-t-il, expliquant qu'« il y a eu une application de la loi de la République avec fermeté et en même temps avec beaucoup d’attention pour les situations humaines : le rapprochement des familles a été mis en place ».

« Petites musiques pour déstabiliser l’exécutif »

Selon Luc Carvounas, « il faut faire attention. On est dans un moment important de la vie politique française. (…) On sort de la séquence de Brignoles. Je n’imagine pas un instant que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault soit un gouvernement qui applique une politique injuste ». Le sénateur ajoute : « Je comprends bien qu’on ait envie de jouer quelques petites musiques pour déstabiliser l’exécutif, le président de la République, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et l’un des piliers de ce gouvernement ».

 
Sur le même thème :

Expulsion de Léonarda : vive émotion au PS, Valls appelle à «garder son sang froid»

Le ministre de l’Intérieur a demandé une enquête administrative après l’expulsion d’une collégienne rom kosovare remise à la police alors qu’elle participait à une sortie scolaire. Vincent Peillon demande « qu'on sanctuarise l'école ». « Léonarda doit pouvoir revenir dans sa classe », selon Harlem Désir, premier secrétaire du PS.