Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Loi travail : « La bataille de l’opinion est perdue » selon la sénatrice PS Frédérique Espagnac

+A -A
François Vignal
Le 01.03.2016 à 18:35

« Malheureusement, quelque part, la bataille de l’opinion est perdue » affirme la sénatrice PS Frédérique Espagnac, fidèle de François Hollande. « La méthode est à remettre à plat » affirme-t-elle, défendant celle « du Président, qui a toujours été le dialogue social ».

Syndicats remontés, étudiants qui appellent à mobiliser, vidéos sur les réseaux sociaux… La loi El Khomri ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices. La sénatrice PS Frédérique Espagnac, fidèle de François Hollande, pointe « les manœuvres » de certains et regrette que d’autres critiquent le texte sans le connaître. Mais elle pense que le mal est fait : « Malheureusement, quelque part, la bataille de l’opinion est perdue », constate la sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, interrogée par Public Sénat ce mardi avant la réunion de groupe (voir notre article « Loi travail : les sénateurs PS veulent aussi "faire bouger" le texte »).

L’heure est au changement de méthode. Le gouvernement a reporté sa présentation en Conseil des ministres pour prendre le temps de discuter avec les partenaires sociaux. La sénatrice défend cette « méthode du Président, qui a toujours été le dialogue social » (voir la vidéo). Une manière de critiquer en creux celle du premier ministre. « Il est grand temps qu’on mette tous les partenaires sociaux autour de la table » affirme Frédérique Espagnac, « la méthode est à remettre à plat ». La sénatrice des Pyrénées-Atlantiques dénonce « les annonces qui avaient été faites maladroitement (…) dans l’interview de la ministre (El Khomri) sur un passage en force au 49-3 ». « Personnellement, je ne me reconnais pas dans l’interview de la ministre » explique-t-elle. Selon le Canard Enchaîné, c’est le cabinet de Manuel Valls, à la manœuvre, qui avait ajouté dans l’interview « nous prendrons nos responsabilités ». Cette référence à un passage en force s’était faite sans l’accord de l’Elysée.

Interrogé sur les propos de Frédérique Espagnac après les questions d’actualité au gouvernement du Sénat, ce mardi, le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, ne partage pas l’opinion de la sénatrice. « Je ne crois pas. La bataille n’a pas été menée. Il y aura un travail de conviction à faire, d’explications aussi. On peut bouger sur un certain  nombre d’éléments du texte mais fondamentalement, ce texte existe car nous refusons de croire que tout a été fait sur la bataille du chômage » affirme ce proche de Manuel Valls à Public Sénat (voir la vidéo ci-dessous). « Il y a des avancées dans cette loi mais on ne les met pas suffisamment en valeur » souligne de son côté Frédérique Espagnac. Après les modifications issues des discussions avec les syndicats, elle compte aussi sur les parlementaires pour jouer leur rôle et modifier le texte.