×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

A l'UMP, on pense secrètement aux voix de Marine Le Pen

+A -A
Thomas Leroy
Le 22.04.2012 à 22:16
A l'UMP, on pense secrètement aux voix de Marine Le Pen

Quelques minutes d'errements, puis l'euphorie. Sur les écrans, Nicolas Sarkozy est derrière Francois Hollande mais le report des voix pourrait bien jouer en faveur du candidat de droite.
 

Du côté des cadres de l'UMP, un seul mot d'ordre : « C'est une nouvelle campagne », glisse Franck Riester. « Nous étions à 9 contre 1. Maintenant nous sommes à 1 contre 1. » Même discours pour Jean-François Copé, venu s'exprimer rapidement devant la foule. Au premier rang, les caciques de la majorité sourient.

 

L'annonce du score de Nicolas Sarkozy aura laissé une impression mitigée. Un bon résultat pour le président candidat, mais derrière le candidat socialiste. Ceux qui espéraient la première place et une nouvelle dynamique pour Nicolas Sarkozy sont déçus. Mais plus le temps passe et plus le score se resserre.

 

«  L'ambiance est euphorique »

 

Après les premiers résultats, les drapeaux français sont distribués et la foule se remet à y croire. « Moi, je m'attendais à un bien meilleur score de Hollande », affirme Charlotte, 19 ans. « La gauche est loin, très loin », renchérit Jean-François Copé. « Nous n'avons pas une minute à perdre. »

 

Car derrière cette seconde place, c'est surtout le score de Marine Le Pen qui rassure tout le monde. «On espérait un écart moins grand avec Hollande », explique Morgane, 19 ans. « Mais on est très confiants avec le score qu'a fait Le Pen. Elle est avec nous. »

 

Françoise, 62 ans, est aussi très « contente ». « Tout se joue au report de voix et vu le score de Le Pen, c'est une bonne chose pour nous. » L'extrême gauche loin derrière, les militants réalisent rapidement que le score de Marine Le Pen devrait leur servir. « En arrivant ici, je n'étais pas optimiste », se confie Françoise. « Mais maintenant, on y est. D'ailleurs, l'ambiance est euphorique. »

 

« Surtout, il ne faut pas tendre la main au Front National », poursuit cette sympathisante du Cantal. Ils viendront tout seul. « D'ailleurs, il faut pas trop s'en vanter. Lui, il va s'en occuper, » affirme t-elle pointant du doigt Claude Guéant qui fend la foule au même moment. « Avec 10 ou 15 % de Le Pen, 8 % de Bayrou et la bonne part d'indécis. Tout ça mis bout à bout, c'est bon », sourit-elle.