Mélenchon réclame un référendum sur le traité budgétaire européen

+A -A
F.V.
Le 18.09.2012 à 12:49

Publicsenat.fr VOD

Il continue le combat. Le leader du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a réclamé un référendum sur le traité budgétaire européen, lors de son discours aux journées parlementaires du Front de gauche. Mettant en garde contre les « conséquences terribles qui vont résulter de l’adoption du traité » par le Parlement, l’ex-candidat à la présidentielle y voit « un renoncement à la souveraineté populaire ».

« Pas un mot, une virgule, une page n’a changé depuis que Nicolas Sarkozy a signé ce texte », souligne Jean-Luc Mélenchon, alors que François Hollande revendique d’avoir pu négocier un volet croissance sur le traité. « Nous sommes témoins qu’aucune négociation n’a eu lieu », lance le président du Parti de gauche, qui souhaite par conséquent que le Parlement adopte « une motion référendaire » sur le traité. Il appelle à se rendre à la manifestation prévue le 30 septembre contre le traité.

Rappelant qu’après le rejet du Traité constitutionnel européen lors du référendum de 2005, Nicolas Sarkozy a fait adopter le texte par le Parlement réuni en congrès, Jean-Luc Mélenchon dénonce un « manque de respect » de la souveraineté et déplore « cette panne de débat ».

« Nous sommes des ayant-droits » de la victoire de François Hollande, revendique-t-il. Et d’ajouter : « Nous avons contribué à la victoire donc nous en attendons un certain nombre de résultats ». « Aucun d’entre nous ne va aujourd’hui dire dans la presse qu’il a une muselière », prévient Mélenchon. Allusion à la ministre écologiste Cécile Duflot. Le Front de gauche en dehors du gouvernement, mais pas non plus dans l’opposition, Jean-Luc Mélenchon revendique une place « d’éclaireur » des Français et de la majorité.