×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Mélenchon réclame un référendum sur le traité budgétaire européen

+A -A
F.V.
Le 18.09.2012 à 12:49

Publicsenat.fr VOD

Il continue le combat. Le leader du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a réclamé un référendum sur le traité budgétaire européen, lors de son discours aux journées parlementaires du Front de gauche. Mettant en garde contre les « conséquences terribles qui vont résulter de l’adoption du traité » par le Parlement, l’ex-candidat à la présidentielle y voit « un renoncement à la souveraineté populaire ».

« Pas un mot, une virgule, une page n’a changé depuis que Nicolas Sarkozy a signé ce texte », souligne Jean-Luc Mélenchon, alors que François Hollande revendique d’avoir pu négocier un volet croissance sur le traité. « Nous sommes témoins qu’aucune négociation n’a eu lieu », lance le président du Parti de gauche, qui souhaite par conséquent que le Parlement adopte « une motion référendaire » sur le traité. Il appelle à se rendre à la manifestation prévue le 30 septembre contre le traité.

Rappelant qu’après le rejet du Traité constitutionnel européen lors du référendum de 2005, Nicolas Sarkozy a fait adopter le texte par le Parlement réuni en congrès, Jean-Luc Mélenchon dénonce un « manque de respect » de la souveraineté et déplore « cette panne de débat ».

« Nous sommes des ayant-droits » de la victoire de François Hollande, revendique-t-il. Et d’ajouter : « Nous avons contribué à la victoire donc nous en attendons un certain nombre de résultats ». « Aucun d’entre nous ne va aujourd’hui dire dans la presse qu’il a une muselière », prévient Mélenchon. Allusion à la ministre écologiste Cécile Duflot. Le Front de gauche en dehors du gouvernement, mais pas non plus dans l’opposition, Jean-Luc Mélenchon revendique une place « d’éclaireur » des Français et de la majorité.