×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Mélenchon : « Les socialistes ont décidé de détruire tout ce qui n'est pas eux »

+A -A
Thomas Leroy (avec l'AFP), images : N.Guillouard
Le 25.06.2012 à 15:47
Jean-Luc Mélenchon sort de son silence. Très véhément, il n’a pas mâché ses mots conte les socialistes et a reconnu un certain nombre d’erreurs pendant la campagne des législatives.

Questionné sur le faible nombre de députés Front de Gauche, qui ne permet pas de créer un groupe parlementaire, Jean-Luc Mélenchon a assuré que « le groupe aura lieu » même si « les socialistes ont décidé de détruire tout ce qui n'est pas eux ».

Dénonçant la « volonté d'hégémonie permanente » des socialistes, l'ex-députée Martine Billard, co-présidente du PG, a déploré « une agression typique et significative » de la « volonté du PS de ne pas avoir de force à sa gauche porteuse des intérêts des classes populaires ».

M. Mélenchon a par ailleurs rappelé que le FG était « dans la majorité qui a renversé Nicolas Sarkozy donc dans la majorité qui a mis en place François Hollande » mais il n'est « pas dans la majorité politique constituée à l'Assemblée » car il prône une « autonomie conquérante ».

« Une carence de direction politique »

Concernant les législatives, Jean-Luc Mélenchon a souligné que les candidats de son Parti de gauche « ont essayé d'homogénéiser leur campagne ». Selon l'ex-candidat à la présidentielle (11,1%), la progression moyenne du FG est de 58%, celle des seuls candidats du Parti de gauche est de 110% mais le PG avait des candidatures dans seulement 20% des circonscriptions, donc « ce n'est pas lui qui pouvait faire la locomotive ».

« Il fallait être beaucoup plus ferme et empêcher qu'à certains endroits des campagnes se fassent sans même le sigle Front de gauche, qu'à d'autres endroits certains aient été des quasi-socialistes à peine déguisés montrant des photos de François Hollande ou Jean-Marc Ayrault », a poursuivi l'ex-sénateur PS, sans cibler la direction PCF.

M. Mélenchon s'est d'ailleurs dit « d'accord avec Pierre Laurent et Francis Parny » (responsables PCF) qui ont affirmé qu'il aurait fallu « jouer davantage collectif » dans ces élections. « C'est une absurdité de faire 577 campagnes différentes, il y a eu une carence de direction politique », a-t-il souligné.

 « La leçon à tirer de tout ça, c'est où sont passés les 2 millions de voix qui manquent » entre la présidentielle et les législatives?, s'est-il interrogé, estimant que « c'est un programme et une orientation qu'il fallait défendre, pas simplement essayer de sauver sa peau chacun dans son coin ».

« Séance de bla-bla »

Interrogé sur le séminaire gouvernemental qui prépare le projet de loi de finances, l’ex-ministre de Lionel Jospin s’est montré fataliste. « C'est pas en une après-midi autour d'un table qu'on trouve dix milliards, tout ça est déjà fait : il va y avoir une séance de blabla pour avaliser un plan qui a été mis en point par des administrations qui, elles, n'ont pas changé ni d'orientations ni de dirigeants », a-t-il affirmé.

« Personne ne croit que ça va être un moment de discussion, de concertation », « ils ont arrêté leurs orientations dans le cadre du respect du sommet européen et de la politique en vue de l'adhésion au traité budgétaire », a-t-il déploré.