×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Pour Manuel Valls, « il est temps que l'islam de France s'organise »

+A -A
AFP
Le 27.09.2012 à 12:44
Pour Manuel Valls, « il est temps que l'islam de France s'organise »
© AFP

« Il est temps que l'islam de France prenne pleinement ses responsabilités et s'organise » pour traiter avec l'Etat les « vrais problèmes » comme le financement des lieux de culte ou la formation des imams et des aumôniers, a affirmé Manuel Valls jeudi à Strasbourg.

« Il est temps que l'islam de France prenne pleinement ses responsabilités et s'organise pour traiter avec l'Etat les vrais problèmes: financement des lieux de culte, formation des imams et des aumôniers alors que l'islam radical prospère dans nos prisons, carrés confessionnels dans nos cimetières, gestion du pèlerinage à la Mecque. Mon horizon est clair: je veux des aumôniers français, des imams français formés et à terme des financements français », a-t-il affirmé lors de l'inauguration de la Grande mosquée de Strasbourg.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), instance représentative de l'islam de France mise en place par Nicolas Sarkozy en 2003, est en pleine désorganisation après le départ de deux des plus importantes fédérations, la Grande mosquée de Paris, proche de l'Algérie, et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), réputée proche des Frères musulmans. Le CFCM reste ainsi dominé par le Rassemblement des musulmans de France (RMF), proche du Maroc, et dont est issu son président Mohammed Moussaoui.

Manuel Valls a aussi regretté que la Fondation pour les œuvres de l'islam de France, qui « était une initiative pertinente », n'ait « pourtant jamais porté ses fruits ».

Cette fondation a été créée en 2005 notamment pour financer la construction et l'entretien des mosquées, la formation des imams et les instances représentatives, mais son fonctionnement est actuellement paralysé.

Manuel Valls a salué « avec respect » la « génération issue de l'immigration qui a bâti l'islam de France ». Mais, a-t-il souligné, « c'est avec les jeunes musulmans français que la République doit construire l'Islam de France et, en retour, c'est avec eux que la République doit accomplir sa promesse ».

Affirmant que « les musulmans de France ont droit à des lieux de culte dignes », il a souligné la nécessité de « trouver les modes permettant de financer leur construction dans le cadre de la loi 1905 ».

Le ministre a salué la « spécificité » du droit local d'Alsace-Moselle, qui rend possible le financement des cultes par les collectivités. « Lorsqu'un système fonctionne, qu'il est compatible avec notre République et notre démocratie, il n'y a pas de raison de le supprimer en prétextant l'exception qu'il représente », a-t-il expliqué.