Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

« Manuel Valls est inattaquable sur sa loyauté », selon Christian Eckert

+A -A
Public Sénat
Le 29.11.2016 à 11:25

Invité de Territoire d’Infos et Sud Radio, Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget a récusé tout problème au sein du couple exécutif. Il s’est ensuite exprimé sur le programme du candidat de la droite à l’élection présidentielle, François Fillon, en jugeant nombre de ses propositions « irréalisables ».

Invité de Territoire d’Infos et Sud Radio, Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget a récusé tout problème au sein de l’exécutif, malgré l’interview donnée par le Premier Ministre Manuel Valls au Journal du Dimanche, dans lequel il annonçait s’interroger sur sa candidature à une éventuelle primaire de la gauche. Selon Christian Eckert, ce n’est que le résultat d’un « sentiment d’alerte » face aux mouvements de candidature à gauche. Emmanuel Macron, Sylvia Pinel, Jean-Luc Mélenchon ont déjà annoncé qu’ils se présenteraient.  « S’il y a bien quelque chose sur lequel Valls est inattaquable, c’est sa loyauté. » a-t-il déclaré.

Interrogé sur le programme du candidat de la droite à l’élection présidentielle, François Fillon, Christian Eckert a qualifié les 100 milliards d’économies sur le budget de l’Etat promis par le candidat de « techniquement hors de portée ». « Sauf à renoncer à des dépenses, c’est-à-dire à privatiser, mais même si c’était le cas, la dépense sera toujours là. »

La volonté de François Fillon de limiter les remboursements de certains médicaments, dits « de confort », est aussi épinglée par le Secrétaire d’Etat. « Aujourd’hui, la survie de la sécurité sociale est assurée. Il y a toujours eu cette espèce d’envie par la droite de confier à des assureurs privés un certain nombre de pathologies. » Pour lui, c’est  « une dérive dangereuse ». Sous prétexte de « satisfaire les appétits de certains grands groupes assurantiels, qui sont souvent derrière ces candidatures, on crée une sécurité sociale à deux vitesses. »

« Supprimer 500 000 postes de fonctionnaires, c’est raconter des bobards aux Français. »


"Supprimer 500 000 postes de fonctionnaires, c... par publicsenat

Supprimer 500 000 postes de fonctionnaires, comme le veut François Fillon, est là-aussi «irréaliste » selon Christian Eckert. « Cela impliquerait de ne pas recruter pendant 5 ans. C’est raconter des bobards aux Français » a-t-il insisté.

Il a également défendu la réforme du prélèvement à la source de l’impôt, qui doit être votée définitivement dans les prochains jours à l’Assemblée. Très contestée par la droite, qui a annoncé vouloir la détricoter si elle était élue à la prochaine élection, cette réforme doit être mise en œuvre au 1er janvier 2018. Pour Christian Eckert, y revenir serait un « gaspillage. » Il balaie aussi les accusations des chefs d’entreprise d’ajouter de la complexité. « Lorsqu’il s’est agi d’ajouter une ligne sur la fiche de paye pour l’allègement des cotisations sociales, il n’y a pas eu un DRH pour dire que c’était compliqué. »

Enfin, réagissant au refus annoncé de la majorité sénatoriale de droite d’examiner le budget, Christian Eckert a dénoncé une « espèce de démission du Sénat dans son rôle, qui est celui de proposer. »

Le secrétaire d’Etat a par ailleurs réaffirmé sa volonté de se présenter aux prochaines législatives, dans le Nord de la Meurthe-et-Moselle.