×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Morano s'inquiète des animateurs qui font le ramadan

+A -A
Zied Ounissi
Le 10.10.2012 à 11:37

Publicsenat.fr VOD

Invité de Public Sénat et de Radio classique ce matin, Nadine Morano est montée au créneau pour défendre Jean-François Copé, empêtré dans une tornade médiatique, depuis sa, désormais célèbre, sortie sur «les pains au chocolat » : « Jean-François Copé a raison de dénoncer ces comportements qui ne sont pas conformes à note pacte républicain » : « Lorsqu’il y a des dérapages du comportement, lorsqu’il y a prières dans la rue, lorsqu’il y a le port de la burqa, (…) il faut les dénoncer ».

N’hésitant pas à continuer d’agiter le chiffon de l’extrême l’ancienne ministre déléguée à l’apprentissage et à la formation professionnelle s’est par ailleurs posée la question de savoir s’il était bien raisonnable de confier les élèves de centres de loisirs à des moniteurs qui font le ramadan : « rappelez-vous cet été à Gennevilliers où le maire a été obligé de faire marche arrière parce que certains de ces moniteurs faisaient le ramadan et qu’il considérait que pour les enfants dont ils avaient la charge, il pouvait y avoir danger, vous croyez que ça ne porte pas à réflexion ? Je  ne suis pas sûre que les parents qui savent que leurs enfants [vont] être entre les mains de quelqu’un qui ne va pas s’alimenter et pas boire de la journée, on ne sait pas quels sont leurs réelles conditions physiques, on ne sait pas si nos enfants sont en réelle sécurité ».

Accusé de verser dans les discours d’extrême droite, Nadine Morano a défendu la posture et les discours de Jean-François Copé qui aurait « toutes les qualités au regard de la vérité, au regard de ce côté décomplexé qu’il apporte ».

« On assiste à une Vallsmania »

En ce qui concerne le déferlement médiatique qui s’est abattu sur son champion depuis la fameuse petite phrase sur les « pains au chocolat », Nadine Morano a accusé la presse et les médias d’être « dans la caricature et la polémique » et que « ce genre de comportement [les] mène à être complice de comportements que chacun devrait condamner »

A propos du possible retour de celui qui a lancé sa carrière politique, l’ex-ministre a assuré que « Nicolas Sarkozy [avait] perdu sur une imposture de François Hollande » et que « Jean-François Copé a dit très clairement que si Nicolas Sarkozy souhaitait revenir en 2015, il serait à ses côtés. (…) [Contrairement à] des personnalités avec un parcours assez protégé, assez facile ».

Interrogée sur la popularité du médiatique ministre de l’intérieur, Nadine Morano a estimé que « maintenant on assiste à une Vallsmania. [Manuel Valls] est le seul qui s’en sorte du gouvernement parce qu’il essaye de faire du Sarkozy en apparence. » En dépit de cela, elle s’est désolée qu’il n’y ait « plus de reconduites à la frontière (…) [les socialiste] veulent changer l’outil statistique de la délinquance. (…) La délinquance est en train d’exploser, les critères de naturalisation que Monsieur Valls veut mettre en place pour naturaliser à tour de bras [n’ont plus] les exigences de parler correctement français. »