Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

La mutualité française passe au crible le programme santé des candidats à la présidentielle

+A -A
Simon Barbarit
Le 01.12.2016 à 18:02
La mutualité française passe au crible le programme santé des candidats à la présidentielle
© AFP

Fin du tiers payant, suppression de l’aide médicale d’Etat ou encore prise en charge à 100% de l’assurance maladie, les premières propositions des candidats à l’élection présidentielle en matière de santé sont décryptées par la mutualité française via un site participatif PlacedelaSanté.fr.

 « Et si la santé devenait un thème de la prochaine campagne présidentielle ? » C’est le souhait formulé par la mutualité française qui regroupe 650 mutuelles. Elle lance, ce jeudi, un site internet participatif « PlacedelaSanté.fr. Il s’agit, tout au long de la campagne, de décrypter les propositions formulées par les candidats à la présidentielle en matière de santé. Et pour évacuer en amont toute accusation de partialité, la communication de la mutualité française a pris soin de mettre en avant les trois think tanks partenaires du dispositif : la fondation Jean-Jaurès et Terra Nova proches de la gauche et Fondapol classé à droite. « Ce n’est pas un site de comparateur de programmes, mais une remise à plat des propositions des candidats. Il permet aussi de recenser et d’agréger les prises de paroles des citoyens sur ce sujet central » justifie Thierry Baudet, président de la mutualité française. Au 4ème étage du NUMA, une pépinière de startups, il commence par remercier avec le sourire le candidat François Fillon qui, grâce à ses propositions sur l’assurance maladie, « a permis à la santé de faire irruption dans le débat public ». « C’est une bonne nouvelle » plaisante-il.

Si l'assurance maladie ne rembourse plus que les affections graves ou de longues durées

Actualité oblige, les propositions de François Fillon ont donc servi d’exemple à la démonstration. Le candidat des Républicains souhaite résorber le trou la sécurité sociale et faire une économie de 20 milliards d’euros. Pour y arriver, l’assurance maladie ne couvrirait plus que les affections graves et de longue durée. Le reste serait à la charge des patients ou leurs complémentaires les plus démunis bénéficieront eux d’un « bouclier de santé » dont les contours restent à définir. En ce qui concerne le nouveau partage de remboursement entre la sécurité sociale et les complémentaires, la mutualité française estime que cette mesure représenterait une somme supplémentaire de 300 euros par personne et par an, soit 1200 euros pour un couple avec deux enfants. (voir le graphique ci-dessous)

Si tiers payant généralisé est supprimé

Autre mesure préconisée par le candidat Les Républicains : la suppression du tiers payant généralisé. Si la réforme ne concerne que la consultation chez le médecin, la mutualité française évalue  son coût à 41 euros par personne et par an et 165 euros pour un couple avec deux enfants. Ces chiffres prennent en compte uniquement le tiers payant complémentaire et non les sommes remboursées par l’assurance maladie. Si la suppression du tiers payant est étendue à l’ensemble des professionnels de santé comme les infirmiers et les pharmaciens, alors elle représenterait 163 euros par personne et par an et 652 euros pour un couple avec deux enfants. (voir graphique ci-dessous).

Si l'assurance maladie prend en charge 100% des dépenses de santé

Parmi les autres candidats déclarés à la présidentielle, la mutualité française s’est intéressée aux propositions de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen. Le leader de la « France Insoumise » propose  de faire rembourser l’intégralité des dépenses de santé par l’assurance maladie. « Je n’ai rien contre cette mesure mais elle relève d’un idéal qui est un peu une chimère » a commenté Thierry Baudet. La mutualité française évalue les dépenses de santé prises en charge directement par les ménages ou par leur complémentaire à 42,4 milliards. Cette somme serait alors à la charge de l’assurance maladie ce qui entrainerait une augmentation des prélèvements obligatoires de 638 euros annuels par personne et 2553 euros pour un couple avec deux enfants. « Il faudrait augmenter, par exemple, de 45% les taux de CSG, ce qui conduirait à une hausse du taux de CSG sur les salaires de 7,5% à 10,9% » estime la mutualité française. (voir le graphique)

Si l'aide médicale d'Etat est supprimée

Marine Le Pen souhaite mettre fin à l’aide médicale d’Etat  (AME) qualifiée de « l’une des principales pompes aspirantes de l’immigration dont le coût global (immigration légale + immigration clandestine) atteint des dizaines de milliards d’euros par an » peut-on lire sur le site officiel du Front national. François Fillon préconise lui de la remplacer par une dispense de frais de santé limitée (hors mineurs) aux urgences et aux maladies graves ou contagieuses. L’AME représente « 0,4% dans les dépenses de santé soit 765 millions d’euros dont 40 millions au titre des soins urgents » explique la mutualité française qui ajoute « la consultation médicale, voir une analyse, reste le préalable indispensable à la détection d’une maladie contagieuse, la distinction entre urgence sanitaire et soins courants, s’avère complexe ». (voir graphique).

Présent lors de la conférence de presse, Thierry Pech, directeur général de Terra Nova, voit dans cette plateforme collaborative et de décryptage  « une fonction de responsabilisation des acteurs politiques ». « Une campagne présidentielle ne veut pas dire qu’on entre dans une période ou la fin justifie les moyens » argumente-il. Prochaine étape pour les créateurs de cette plateforme, une interpellation directe des candidats par un panel de citoyens sélectionné via le site PlacedelaSanté.fr, qu’ils espèrent mettre en place autour du 21 février.