×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus

Nicolas Sarkozy annonce de nouvelles mesures contre le terrorisme

+A -A
François Vignal
Le 22.03.2012 à 13:56

Publicsenat.fr VOD

Nicolas Sarkozy est au pouvoir. Et il le montre. Le chef de l’Etat a pris la parole ce jeudi midi après la mort de Mohamed Merah pour annoncer plusieurs décisions.

« L’auteur des assassinats ignobles a été identifié et mis hors d’état de nuire », a-t-il affirmé. Il « réserve » ses premières pensées aux familles des victimes et « remercie » les forces de l’ordre et Claude Guéant pour leur « remarquable travail ». « Tout a été fait pour livrer le tueur à la justice », mais « il n’était pas concevable d’exposer des vies » pour le capturer, précise le Président.

Consulter « des sites qui font l’apologie du terrorisme sera punie pénalement » 

Un Président-candidat qui ne se limite pas à l’hommage rendu. Suite à ces tueries de Toulouse et de Montauban, Nicolas Sarkozy annonce de nouvelles lois : « Toute personne qui consultera de manière habituelle des sites qui font l’apologie du terrorisme sera punie pénalement ».  « Toute personne qui se rendra à l’étranger pour suivre des travaux d’endoctrinement sera punie pénalement ».

Nicolas Sarkozy ajoute : « La propagation d’idéologies extrémistes sera réprimée avec des moyens déjà présents dans le code pénal ». Il demandera au ministre de la Justice Michel Mercier de lancer « une réflexion approfondie sur la propagation de ces idéologies en milieu carcéral ».

« La fermeté au service des valeurs de la République »

« Nos compatriotes musulmans n'ont rien à voir avec les motivations folles d'un terroriste », a-t-il affirmé, appelant à ne « procéder a aucun amalgame ». Il a rappelé que le tueur a aussi tiré sur des musulmans.

 « La France vient de traverser une épreuve », affirme-t-il. « Le rassemblement et l’unité doivent être une priorité », pour Nicolas Sarkozy. Et de conclure : « La fermeté » doit être mise « au service des valeurs de la République ».