Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

NKM se « pose la question de la perpétuité effective » pour Abdeslam

+A -A
Julie Torterolo
Le 21.03.2016 à 11:59

Invitée de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, Nathalie Kosciusko-Morizet appelle à une réflexion sur une perpétuité « effective » en prenant exemple sur Salah Abdeslam. Elle critique également le changement des règles de parrainage pour la primaire.

« Salah Abdeslam a 26 ans. S'il prend le maximum, il peut sortir à 56 ans ». Tout en saluant la capture du terroriste «  vivant », Nathalie Kosciusko-Morizet pointe du doigt le problème de la perpétuité qui est de 30 ans de réclusion en France. « Je veux qu’on pose la question de la mise en œuvre d’une perpétuité effective : ça peut être le système actuel avec de la rétention de sûreté ou ça peut être d’autres dispositifs judiciaires », explique la député LR. Mais pour la présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris, l’arrestation du terroriste ce vendredi 18 mars ne suppose pas de polémique sur la déchéance de nationalité. Une mesure « inutile » et « qui ne sert à rien » depuis le début, s’indigne-t-elle.

NKM estime que les nouvelles règles « vont créer de la méfiance chez les Français »

« Ce sont les mêmes [à droite ou à gauche] qui portent la même conception du pouvoir qui est une conception à l’ancienne : un pouvoir qui va vous dire ce que vous allez faire, alors que aujourd’hui le sujet est de vous aider à déployer vos énergies et à faire ce que vous voulez faire ». C’est avec pour seul crédo le renouveau politique que Nathalie Kosciusko-Morizet a également critiqué le changement de règles pour la primaire de la droite. Alors qu’aucune affiliation politique n’était spécifiquement exigée pour les parrainages parlementaires, le parti LR souhaite désormais que seuls les parlementaires LR puissent parrainer les futurs candidats. Un virage qui « va créer de la méfiance chez les Français » déplore la députée LR de la 4e circonscription de l'Essonne.

« Ce qui est problématique, c’est de changer les règles en cours de route. Les règles de la primaire ont été établies il y a plusieurs mois. […] Elles sont calquées sur les présidentielles. Ce n’est pas quelque chose qui a été fait par inadvertance », fustige-t-elle. Tout en garantissant qu’elle aura tous les parrainages nécessaires, la député LR rappelle que le but de cette primaire est d’inviter le plus de Français possibles, de droite ou non, à voter. « Je souhaite que cette primaire incite la confiance. Ce sera un échec pour tout le monde, si du fait de l’attitude des uns et des autres, on se retrouvait avec une part des Français qui dit non ça ne nous concerne pas et n’irait pas voter », explique la candidate.